MATIÈRE DU VIVANT OU VIVANT DE LA MATIÈRE ?      




La recherche d'une unité première entre le vivant et l'Univers physique est utopique.
Si l'Univers est la matière du vivant, la vie n'est pas dans la matière.


Christian Magnan
Collège de France, Paris
Université de Montpellier II


« J'ai dit précédemment combien je déplorais le confusionnisme que certains entretiennent entre la science et d'autres démarches de la pensée telle que philosophie, poésie, expression artistique ou religion.

« Les étoiles meurent aussi », peut-on entendre couramment de nos jours.

Eh bien non, les étoiles ne meurent pas « aussi ». Ou alors, on mélange tout. Évidemment il s'agit d'une métaphore, mais à force de la répéter dans un discours scientifique qui par sa nature fait autorité elle contribue à nourrir l'illusion que la vie d'une étoile et la vie d'un être humain sont une même chose. Elle fait croire qu'à l'instar des phénomènes jalonnant l'évolution d'une étoile la vie pourrait se réduire à un mécanisme complexe de processus élémentaires identifiables régis par les lois de la physique.

Or que peut dire la science sur la vie ? Actuellement pas grand chose. Si les étoiles sont matière et si cette matière a pu, sans conteste possible, devenir source de vie, cela ne signifie pas que la vie soit en la matière, et que les étoiles soient douées de vie (et donc de mort). Ce n'est à l'évidence pas du tout pareil.

D'ailleurs nous avons vu tout au long de ces leçons de physique que la science n'apportait pas de réponse définitive à la question de savoir ce qu'était vraiment le monde matériel car elle était incapable de le reproduire à l'identique par ses modèles et donc de le cerner dans sa nature propre. Donc si la science ne sait déjà pas fabriquer le monde physique, a fortiori sera-t-elle bien en peine de comprendre le vivant.

Qu'est-ce que l'Univers, qu'est-ce que le vivant ? Il serait présomptueux de vouloir répondre à des questions que se sont posées des milliards d'individus... Je me contenterai de remarquer que ni l'Univers ni le vivant ne semblent pouvoir se réduire à des « objets » définissables en tant que tels.

Une comparaison avec une autre question me vient à l'esprit et pourrait être pertinente : qu'est-ce que la musique ? Il n'y a pas de réponse à cette interrogation ou, plus justement, il y a des réponses multiples selon le point de vue. Mais le plus clair, c'est que la musique n'est pas un objet et ne se laisse donc pas définir avec clarté et précision.

La musique, c'est à la fois de l'encre sur du papier, un graphisme, des notes, un ensemble de phénomènes acoustiques faisant intervenir les lois de production et de propagation du son dans l'atmosphère. C'est également le compositeur, l'instrument, l'interprète, l'auditeur, le concert. C'est le disque, la lecture laser, la chaîne haute-fidélité. C'est encore l'évasion, le plaisir, l'exaltation.

En somme, la musique est à elle seule un véritable « univers ». Ne serait-il pas absurde de vouloir la réduire à tel ou tel de ses aspects ? D'adopter une vision unifiée ?

Il faut distinguer les différents registres. Si la musique peut nous émouvoir, nous n'en conclurons pas pour autant que les sons contiennent de l'émotion. D'ailleurs, si depuis l'avènement des enregistrements numériques sur disques compacts nous savons que les phénomènes sonores sont équivalents à une suite de nombres nous ne dirons pas pour autant que l'émotion elle-même se réduit à une suite de nombres.

Si les sons portent l'émotion ils ne sont pas cette émotion.

De même si l'Univers matériel est porteur de vie, la vie ne se réduit à la matière et la matière n'a pas de vie.

Ma réflexion se poursuivra ailleurs. Répétant sans cesse que l'Univers dans sa réalité physique ne se laisse pas identifier aux modèles que conçoit la science, je serai amené à reconnaître que le pouvoir que déploie cette dernière ne couvre pas tous les domaines. Je défendrai alors l'idée qu'étendre indûment ce pouvoir à tout, notamment à la vie humaine, relève de l'attitude machiste d'un homme se vantant de tout contrôler alors qu'il n'en a pas la faculté.


Version revue, corrigée et enrichie
du livre de Christian Magnan
La nature sans foi ni loi,
Éditions Belfond/Sciences (1988)
Dernière mise à jour : 19 mai 2005


 Science et vie
 Page d'accueil de Christian Magnan


URL :  http://www.lacosmo.com/Nature219.html