Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


Le ciel de février 2012

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier

Peiresc
Uranus

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Dans sa course cosmique à travers les étoiles le Soleil est accompagné de huit planètes, dont la Terre, tournant autour de lui. Par ordre de distance on trouve Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Cette dernière, découverte en 1846 à partir de l’analyse mathématique des perturbations qu’elle provoquait sur la planète Uranus, est invisible à l’œil nu. Mais en ce mois de février 2012, il nous est possible d’observer les six planètes restantes, y compris la difficile URANUS, impossible à différencier d’une étoile de faible éclat, mais que son rapprochement avec VÉNUS permettra de repérer. Voici le programme de ce festival de planètes.

C’est le JEUDI 9 FÉVRIER 2012 que VÉNUS rencontre URANUS, et c’est donc ce soir-là qu’il sera facile d’identifier le faible point lumineux de la planète géante gazeuse (la troisième en taille après Jupiter et Saturne). Uranus va se trouver à moins d’un diamètre lunaire de Vénus, sur sa gauche, et des jumelles vous montreront la planète que beaucoup d’entre vous n’ont jamais aperçue (à l’œil nu, ce soir-là, seule une bonne vue et un site libre de lumières parasites vous permettraient de détecter la septième planète du Soleil). Il est impossible de distinguer quelque détail que ce soit et seul un grossissement d’une centaine de fois sur une lunette ou un télescope montre qu’il s’agit d’un petit disque, dont la couleur bleue se laisse deviner. Si vous voulez rêver, pensez en contemplant ce tout petit point que si nous observions en retour la Terre depuis Uranus, elle serait encore plus petite et trop peu lumineuse pour être visible, noyée dans le minuscule disque d’un soleil blafard. Déjà à l’échelle du système solaire nous sommes comme rien: l’observation d’Uranus nous l’apprend. Notez enfin que le lendemain le rapprochement entre Vénus et Uranus reste suffisant pour renouveler l’observation.

Vers l’ouest le soir la planète VÉNUS est chaque jour plus brillante car elle se rapproche de la Terre. Elle continuera à le faire jusqu’à son passage devant le Soleil lui-même, le 6 juin (nous en reparlerons). La planète resplendissante de beauté poursuit encore son ascension au-dessus de l’horizon et trône en début de soirée à une hauteur digne d’une souveraine (!). Cette circonstance est due à ce que l’écliptique (cette bande du ciel où transitent le Soleil et toutes les planètes) se dresse presque perpendiculairement à l’horizon et que de ce fait la planète Vénus, même en restant à peu près à la même distance angulaire du Soleil, se voit projetée en hauteur. Une preuve de ce redressement de l’écliptique sera donnée par l’aspect du CROISSANT de LUNE du soir, du JEUDI 23 au LUNDI 27. En effet, la Lune se trouvant presque à la verticale du Soleil (situé sous l’horizon) son croissant (qui se trouve forcément face au Soleil) prendra la forme quasi horizontale d’un sourire, peu habituelle depuis la France. Ce sourire va venir éclairer la visite que ce croissant magique va donner successivement à MERCURE le jeudi 23, VÉNUS le samedi 25 et JUPITER le dimanche 26. Je vous engage vivement à profiter du spectacle de ces soirées, sans doute parmi les plus fascinantes de toute l’année: difficile de ne pas succomber à leur charme. Ne manquez surtout pas la prestation du samedi 25 lorsque la Lune sera à 3 degrés de Vénus: magique!

Étant la planète la plus proche du Soleil MERCURE nous apparaît toujours dans son voisinage dans un ciel déjà ou encore coloré de lumière. Mais du 20 février à la mi-mars la planète brûlée nous offre sa meilleure période d’observation de l’année dans le ciel du soir. Mes lecteurs fidèles savent combien j’apprécie la beauté délicieuse et discrète de cette perle brillant sur un fond de couleurs raffinées. Nous pourrons la repérer dès le JEUDI 23 FÉVRIER avec en prime un croissant lunaire tout fin qui la surplombera en souriant. Observez en vous aidant de jumelles à partir d’un site bien dégagé vers l’ouest. Le MERCREDI 29 Mercure se trouvera à une dizaine de degrés au-dessus de l’horizon  avec une magnitude de -1. Au début du mois de février, donc avant cette période favorable d’observation,  cette planète passe en conjonction supérieure avec le Soleil (c’est-à-dire derrière celui-ci) et il est facile de la voir traverser le champ du coronographe LASCO C3 du satellite d’observation solaire SOHO:
http://soho.nascom.nasa.gov/data/realtime/c3/512/

La planète géante JUPITER étincelle majestueusement dès le soir, haut dans le ciel, à l’est (à gauche) de Vénus.  Bien que six fois moins brillante que cette dernière, elle forme avec elle un duo triomphal. Vous savez quoi ? Le roi s’approche de la reine. D’une nuit sur l’autre Jupiter va s’avancer vers Vénus qui l’attend et ce spectacle promet d’être splendide. La rencontre se produira le 13 mars, mais d’ici là le ballet royal ravira nos yeux. C’est l’occasion, une fois de plus, d’observer Jupiter à l’aide d’un instrument, pour suivre la ronde surprenante de ses quatre satellites, distinguer les bandes nuageuses de sa surface gazeuse et noter l’aplatissement de son globe dû à sa rotation rapide en moins de 10 heures.

MARS est la planète suivante à entrer en scène en début de nuit, de plus en plus tôt au fil des jours. Se levant quelque trois heures après le coucher du Soleil en début de mois, elle apparaît à peine le Soleil couché en fin de mois, opposition du 3 mars oblige. Il est possible d’observer la planète rouillée à travers un instrument pour découvrir un disque aux taches marron coiffé de sa calotte polaire nord faite principalement de neige carbonique. Mars possède deux satellites, Phobos et Deimos, très difficiles à repérer à cause de la faiblesse de leur éclat. La planète est vraiment la nouvelle star de ce mois. Située dans la constellation du Lion, elle ne cesse de se rapprocher de la Terre et voit son éclat augmenter régulièrement (sa magnitude atteint -1,2 le 29 février). Elle franchit le méridien sud à plus de 50 degrés et bénéficie donc de conditions d’observations très favorables au-dessus des couches plus basses et plus turbulentes de l’atmosphère. Observez Mars et tenez-vous prêt-e-s à réfuter les rumeurs fantaisistes (le mot est diplomatiquement gentil!) et persistantes selon lesquelles Mars va se trouver aussi grosse que la Pleine Lune le mois prochain. Il est préférable de mettre le nez dehors et de constater la réalité des choses plutôt que de croire à toutes les carabistouilles dont la planète Internet nous abreuve. C’est dans la nuit du JEUDI 9 au VENDREDI 10 FÉVRIER que vous pourrez voir une Lune bedonnante passer sous la planète Mars. Mais de là à parler de deux lunes… Mars a en gros un rayon deux fois plus grand que celui de la Lune (donc une surface quatre fois plus grande) mais sa distance se compte en centaines de millions de kilomètres de la Terre quand la Lune n’est qu’à quatre cent mille kilomètres. En fin de compte le diamètre apparent de Mars fait une dizaine de secondes d’arc alors que celui la Lune fait trente minutes d’arc, soit environ 200 fois plus. La surface apparente de Mars est environ 40000 fois plus petite que celle de la Lune.

Pour finir notre nuit d’observation SATURNE se présente vers minuit dans le ciel à côté de SPICA (l’Épi) de la Vierge. On trouve la planète dans le prolongement de la courbe de la queue de la casserole de la Grande Ourse après avoir passé la brillante Arcturus. Les conditions de visibilité ne cessant de s’améliorer, pointez la planète avec un petit (ou un gros) instrument et découvrez ses anneaux spectaculaires (les seuls du système solaire et, qui sait?, peut-être de tout l’Univers) et ses satellites (TITAN est bien visible). La découverte du fait que les excroissances visibles autour de Saturne représentaient un anneau vu par la tranche date des années 1650, quelque 40 ans après les premières observations du temps de Galilée. C’est dans la nuit du SAMEDI 11 au DIMANCHE 12 et du DIMANCHE 12 au LUNDI 13 que Saturne et Spica recevront la visite de la Lune gibbeuse décroissante. Voici encore une merveilleuse scène céleste, dont la beauté est relevée par la présence sur la droite de la perle rougeoyante de Mars.

Tandis que ARCTURUS vers l’est nous guide vers Saturne, tournons-nous vers le sud-ouest pour repérer CAPELLA de la constellation du COCHER, en forme de pentagone irrégulier. Capella est flanquée vers le Sud des chevrettes, ces trois étoiles formant un triangle isocèle serré bien reconnaissable. Arcturus et Capella, étoiles brillantes d’éclats voisins, forment le pendant l’une de l’autre, la première conduisant les étoiles d’été, la seconde les étoiles d’hiver. Ainsi en admirant ces deux étoiles et en voyant Capella sur le point de se coucher alors qu’Arcturus se lève, nous observons le passage des ciels d’hiver aux ciels d’été. Mais bon, on a encore le temps.

En fin de mois vous aurez appris vous-même, ou appris à d’autres, à distinguer Jupiter de Vénus; savouré leur jeu d’approche; découvert Mercure et observé Uranus pour la première fois de votre vie; admiré un croissant de Lune horizontal; su démentir les fausses informations concernant la nuit de la soi-disant double Lune; accompagné la Lune dans ses visites aux planètes; médité sur notre insignifiance cosmique. Et peut-être mis l’œil à un instrument pour observer Jupiter, Mars et Saturne. Un riche bilan!

LE CHIFFRE DU MOIS : 4,5 milliards d’années. C’est l’âge estimé de la Terre. C’est aussi en gros celui du Soleil car on pense que le système solaire s’est formé comme un tout, le Soleil naissant en même temps que les planètes. La vie serait apparue un milliard d’année plus tard. On sait de nos jours que l’espèce humaine n’est pas née d’un coup de baguette magique mais comme résultat de transformations aveugles des espèces animales et de la surface terrestre se succédant sur des milliards d’années.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

FÉVRIER 2012 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Jupiter brille à l’est de Vénus et se rapproche progressivement d’elle
Du mercredi 1er au samedi 18 : Mercure traverse le champ du coronographe de SOHO (en conjonction supérieure le mardi 7)
Mardi 7 : Pleine Lune
Jeudi 9 : Uranus est tout près de Vénus et de ce fait facilement localisable ; la Lune gibbeuse croise Mars dans la nuit
Dimanche 12 et lundi 13 en fin de nuit : la Lune passe de Spica à Saturne
Du jeudi 16 au lundi 20 : le croissant lunaire du matin
À partir du lundi 20 : admirez l'irrésistible ascension de Mercure au-dessus de l'horizon ouest-sud-ouest une demi-heure après le coucher du Soleil (jumelles conseillées)
Mardi 21 : Nouvelle Lune (et nuits noires autour de cette date)
Du jeudi 23 au lundi 27 au soir : le croissant de Lune en forme de sourire passe de Mercure (le 23) à Vénus (le 25, rapprochement remarquable) et Jupiter (le 26)
Mercredi 29 : un jour supplémentaire au mois de février, 2012 étant une année bissextile (la Terre accomplit une révolution autour du Soleil en 365 jours 1/4, d’où un jour de retard sur le calendrier de 365 jours au bout de 4 ans)

   

Mes sources d'information