Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en juin 2014

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de février 2015

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours pour apposer sur son frigo   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2014 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2015 : | janvier

Jupiter
Dessin de Jupiter

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

La planète JUPITER resplendit dans le ciel toute la nuit. C’est l’occasion de (re)découvrir l’œuvre orchestrale "Les Planètes" du compositeur Gustav Holst dans laquelle le morceau consacré à Jupiter contient une mélodie d’une beauté saisissante qui deviendra l’hymne patriotique "I Vow to Thee my Country", auquel seuls nos voisins anglais pouvaient conférer une telle bouleversante majesté. Cet hymne, créé en 1921 en hommage aux victimes de la première guerre mondiale, est un appel poignant à la paix sur Terre. Amen.

Elle s’y préparait depuis quelques semaines : JUPITER passe donc à l’opposition le VENDREDI 6 FÉVRIER et se place ainsi dans sa période d’observation la plus favorable, et ce pour plusieurs raisons. Passer à l’opposition signifie que notre planète géante est en position de "Pleine Lune", le Soleil étant dans notre dos quand nous la regardons. Nous pourrons vérifier cette configuration le MARDI 3 en voyant la PLEINE LUNE se lever à l’est-nord-est, suivie quelques minutes plus tard de Jupiter. Les deux astres navigueront de conserve toute la nuit, la traversée du ciel prenant environ 14 heures, ce qui laisse le temps de profiter du spectacle et de changer de direction de visée d’est en ouest. La première caractéristique favorable d’une planète en opposition est ainsi de se montrer observable toute la nuit. La deuxième est de permettre à la planète de se trouver à une distance minimale de la Terre, lorsque les deux astres se trouvent du même côté de leurs orbites autour du Soleil (faites un petit schéma pour vous en convaincre). Distance la plus petite voudra dire ici 650 millions de kilomètres, à 36 minutes de lumière (pour mémoire le Soleil est à 150 millions de kilomètres de la Terre ou 8 minutes 20 secondes de lumière). Enfin nous l’avons souvent dit, lorsque la Terre rattrape une planète supérieure sur son orbite, elle semble en quelque sorte la laisser derrière elle, en provoquant la rétrogradation de sa position dans le ciel. Alors que d’ordinaire Jupiter se déplace d’ouest en est parmi les étoiles, elle subit en ce moment ce mouvement de rétrogradation d’est en ouest consécutif à l’opposition. De semaine en semaine nous pourrons voir ainsi notre planète reine s’éloigner du LION et notamment de son étoile principale RÉGULUS et entrer dans la constellation du CANCER. Ce n’est que début avril que Jupiter terminera son mouvement de valse arrière et reprendra son chemin habituel. Et enfin de enfin, nous avons la chance d’observer Jupiter alors que nous sommes en hiver (ce qui n’est pas le cas dans l’hémisphère sud), ce qui la place haut dans le ciel.

Passons à la pratique. Objet rêvé pour qui possède un petit instrument Jupiter est la cible privilégiée des soirées des clubs d’astronomes amateurs, auxquelles vous pouvez vous joindre. Nuits inoubliables en perspective avec la vision du disque jovien aplati par sa rotation rapide et traversé de bandes équatoriale aux couleurs d’automne. Il se trouve en plus que Jupiter subit en ce moment son équinoxe, ce qui signifie que son plan de rotation, le même que le plan dans lequel gravitent ses quatre satellite, est vu par la tranche depuis le Soleil. Il est donc vu aussi par la tranche depuis la Terre puisque les trois astres concernés sont alignés. Cette configuration donne naissance sur Terre à une profusion de phénomènes mutuels entre satellites, à savoir des occultations, des éclipse et autres rapprochements. Au hasard le SAMEDI 7, le satellite IO est occulté par EUROPE puis éclipsé dans son ombre. La nuit précédente,  du 6 au 7 février, vous pourrez admirer (un petit instrument suffit) les satellites découverts en 1609 par Galilée dans leur ordre naturel de distance : Io, Europe, Ganymède et Callisto. C’est l’occasion de rappeler que les forces de l’obscurantisme, de la violence et de la bêtise étaient déjà à l’œuvre à l’époque puisque le tribunal de l’Inquisition de l’Église romaine méprisa ses découvertes, déclarées contraires aux enseignements des Livres sacrés, et condamna notre savant à renier son appui au système copernicien.

Une dernière remarque avant de quitter Jupiter. Ne confondez pas la planète avec l’étoile très brillante se levant à peu près en même temps au sud-est qui a pour nom SIRIUS, l’étoile la plus brillante du ciel, car très proche de nous à moins de 9 années de lumière de distance. Entre Sirius et Jupiter se trouve PROCYON, d’un bel éclat elle aussi, les trois astres formant un grand triangle isocèle très aplati.
Profitez tous les soirs de la souveraine symétrie établie entre JUPITER ET VÉNUS. En se hissant respectivement sur l’horizon est-nord-est et ouest-sud-ouest, les deux astres les plus brillants du ciel (magnitude -4 pour Vénus,  -2,5 pour Jupiter) semblent équilibrer la balance céleste. Vénus, que les bergers provençaux appelaient la belle Maguelone, est d’un éclat toujours aussi spectaculaire, ce qui permet de la repérer même en milieu périurbain, si la vue est dégagée dans sa direction. Elle nous a régalés le mois dernier d’une merveilleuse conjonction avec Mercure et remet le couvert ce mois-ci avec un passage serré près de MARS le SAMEDI 21 et le DIMANCHE 22. Les deux planètes seront à moins d’un diamètre lunaire l’une de l’autre et grâce à l’éclat de Vénus, le repérage de Mars à l’œil nu devrait être facile. Cependant des jumelles vous permettront d’apprécier la conjonction dans de meilleures conditions, en rehaussant la couleur orangée du point martien. Ne manquez pas déjà la veille, le VENDREDI 20 FÉVRIER le somptueux spectacle que vous offrent un jeune croissant de Lune d’une finesse remarquable orné de sa lumière cendrée accompagnant la planète double Vénus-Mars à quelques degrés de distance. Pour moi le rapprochement d’un mince croissant de Lune et de Vénus dans les lueurs diaphanes du soleil couché est l’une des compositions célestes les plus belles.

Au chapitre des rendez-vous que nous offre la Lune, qui fait son tour d’écliptique en quelque quatre semaines, signalons l’occultation d’une étoile brillante des Gémeaux le DIMANCHE 1er FÉVRIER à 19h20. L’horaire exact dépend du lieu d’observation mais comme l’intérêt de la scène réside dans le suivi de l’approche de l’étoile par la Lune, il n’est pas utile de connaître cet horaire à la minute près. Regardez où en est la Lune une dizaine de minutes avant l’heure prévue pour la disparition de l’étoile, laquelle doit réapparaître vers 20h16. Il est plaisant d’assister à une occultation par la Lune car ce phénomène permet de visualiser le déplacement de la Lune dans le ciel et de concrétiser l’horlogerie des astres. Un beau spectacle nous est réservé encore pour le MERCREDI 25 avec le passage de la Lune, sous forme de Premier Quartier, près de l’amas des HYADES, dans le Taureau. Le jeu sera de voir, aux jumelles ou à travers un petit instrument, la course de la Lune dans ce champ riche en étoiles et de constater en particulier que notre satellite se rapproche en quelques heures de l’étoile principale orangée du Taureau, à savoir ALDÉBARAN (laquelle d’ailleurs sera occultée dans le nord de l’Europe).

Deux autres rendez-vous lunaires sont à noter. Le LUNDI 9 et le MARDI 10 à l’aube on pourra retrouver le disque lunaire à droite puis à gauche de SPICA au-dessus de l’horizon sud-ouest. Et le VENDREDI 13, toujours à l’aube, la Lune rejoint SATURNE tandis qu’en dessous scintille la rougeANTARÈS, l’étoile principale du SCORPION (à ne pas confondre avec Aldébaran du Taureau). Saturne, avec une magnitude de 0,5 est un peu plus brillante qu’Antarès, de magnitude 1, mais ce sont surtout leurs couleurs qui diffèrent.
Cette planète SATURNE est observable le matin et passe en quadrature le 23 février. Cette expression signifie que la planète est en position de Premier (ou Dernier) Quartier de Lune, c’est-à-dire que l’angle entre Soleil-Terre et Soleil-Saturne vaut 90 degrés. Ce passage en quadrature marque le début d’une période propice à l’observation, mais hélas, comme planète passant en opposition fin mai, elle ne bénéficiera pas pour nous, habitants de l’hémisphère nord, de la hauteur dans le ciel de notre Jupiter actuel. Saturne est dans le SCORPION et, se levant six heures avant le Soleil en fin de mois, reste toutefois digne d’intérêt pour qui a accès à un instrument grossissant au moins une trentaine de fois capable de révéler les fameux anneaux.

En ce mois de février qui peut ménager des nuits pures, les meilleures de l’année, quoique froides, profitons encore et encore de ces magnifiques constellations d’hiver, qui se situent très haut dans le ciel. On révise. En début de nuit CAPELLA du Cocher à côté de laquelle on distingue le petit triangle isocèle des Trois Chevrettes, est en plein au zénith  (attention aux cervicales, une chaise longue sera la bienvenue). Plus bas à droite se trouve la rouge ALDÉBARAN du Taureau, citée plus haut, située devant l’amas des Hyades et flanquée sur sa droite du si charmant amas des Pléiades. Symétriquement sur la gauche on retrouve le duo des jumeaux CASTOR ET POLLUX. Puis encore plus bas, isolée, brille PROCYON du Petit Chien, que nous savons reconnaître depuis quelques mois entre Jupiter et SIRIUS du Grand Chien, placée plus bas. Au-dessus de Sirius s'étend la constellation emblématique d'hiver d'ORION dessinant un grand quadrilatère dont la rouge BÉTELGEUSE et la blanche RIGEL forment deux sommets opposés et au centre duquel se situe le "T" à la barre supérieure inclinée bien reconnaissable (constituant le baudrier ou ceinture du chasseur). Comptons jusqu’à 6 : Capella, Aldébaran, Rigel, Sirius, Procyon, Castor forment un grand hexagone appelé parfois hexagone d'hiver (les astronomes ont cette habitude de voir des "astérismes" partout parmi les étoiles !). Admirez sans modération ces brillantes étoiles, toutes différentes car chaque coin de ciel, cela me frappe, est unique. Et même unique, il est facile de le démontrer, dans tout l’Univers.
Enfin je signale à tous ceux qui n’aiment pas se lever trop tôt que la Station Spatiale Internationale, toujours avec six personnes à bord, dont deux femmes, nous réserve de splendides passages non plus le matin mais le soir dans les 19-20 heures. On consulte les horaires sur
http://www.heavens-above.com/
on alerte ses copains/copines en jouant les extralucides et on admire la majesté silencieuse du spectacle.

LE CHIFFRE DU MOIS : 12. 12 ans (plus exactement 11,8) est le temps que met Jupiter à accomplir une révolution complète sur son orbite. C’est la durée de l’année jovienne. Prenez maintenant vos calculettes (ou ouvrez celle de l’ordinateur). En multipliant ce nombre 12 par lui-même on obtient 144. Si maintenant on prend la racine cubique de 144 on trouve 5,2. Magie, ce nombre est la distance de Jupiter au Soleil. Ce mini-calcul est l’illustration de la troisième loi de Kepler énonçant que le carré de la période de révolution T d’une planète autour du Soleil est égale au cube de sa distance a au Soleil, à condition d’exprimer T en années terrestres et a en distance de la Terre au Soleil. En 1650, grâce à cette relation, les astronomes sont capables de fixer la distance relative au Soleil des cinq planètes dont ils ont mesuré la période de révolution. Restait à trouver la valeur réelle de l’unité de mesure de distance, à savoir la distance de la Terre au Soleil. Ce à quoi s’emploieront avec succès les astronomes du XVIIIe siècle, Cassini fournissant vers 1730 la valeur honorable de 140 millions de kilomètres.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

FÉVRIER 2015 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs :Vénus royale se couche à l’ouest ; Jupiter souveraine se lève à l’est
Toutes les nuits : l’hexagone d’hiver (Capella, Aldébaran, Rigel, Sirius, Procyon, Castor-Pollux)
Dimanche 1er : à 19h20 occultation d’une étoile des Gémeaux par la Lune (petit instrument)
Mardi 3 : Pleine Lune à 24h10
Nuit du mardi 3 au mercredi 4 : la Pleine Lune et Jupiter passent la nuit côte à côte
Vendredi 6 : opposition de Jupiter, au plus près de la Terre (à 650 millions de kilomètres)
Lundi 9 et mardi 10 à l’orée de l’aube : la Lune passe de droite à gauche de Spica
Vendredi 13 : conjonction entre la Lune et Saturne en seconde partie de nuit
Du samedi 14 au mardi 17 : le croissant de Lune du matin
Jeudi 19 : Nouvelle Lune à 0h48m et nuits noires autour de cette date
Du vendredi 20 au lundi 23 : le croissant lunaire du soir et sa lumière cendrée
Vendredi 20 : la plus belle scène du mois avec le croissant lunaire près du couple Vénus-Mars
Samedi 21 et dimanche 22 : magnifique conjonction rapprochée entre Vénus et Mars sous le croissant de Lune
Lundi 23 : Saturne en quadrature avec le Soleil
Mercredi 25 : la Lune passe près de l’amas des Hyades et se rapproche d’Aldébaran

   

Mes sources d'information