Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en juin 2014

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de février 2017

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours pour apposer sur son frigo   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2014 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2015 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2016 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2017 : | janvier

éclipse de Lune
La planète Vénus

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Profitons des belles nuits de ce FÉVRIER 2017, en espérant qu’elles seront nombreuses, pour observer les étoiles d’hiver, qui s’en vont, et celles du printemps, qui arrivent !

La reine de la nuit est incontestablement la planète VÉNUS, qui déploie sa splendeur le soir au-dessus de l’horizon sud-ouest pendant quelques heures après le coucher du Soleil. Notre "Étoile du Soir" va même voir son éclat croître de façon spectaculaire, au point d’éclairer le paysage dans des sites suffisamment protégés des lumières artificielles en y créant des ombres portées. Cette hausse de luminosité vient de ce que Vénus se rapproche actuellement de la Terre à raison de plus d’un million de kilomètres par jour, ce qui a pour effet d’augmenter le diamètre apparent et donc la surface et l’éclat de notre belle voisine. Vénus et la Terre sont lancées comme deux bolides sur les couloirs grossièrement concentriques d’une immense piste à une vitesse de respectivement 35 et 30 km/s et en ce moment Vénus est en train de rattraper la Terre à la corde, ce qu’elle fera fin mars en ramenant leur distance mutuelle à un petit 42 millions de kilomètres. Ce sera alors la conjonction inférieure, Vénus se trouvant entre le Soleil et la Terre, les trois astres étant alignés.

Un autre élément de l’histoire a tendance au contraire à faire décroître l’éclat vénusien. C’est le fait qu’en s’approchant de sa conjonction inférieure Vénus apparaît aux terriens sous forme de croissant de plus en plus mince, réduisant du même coup la surface apparente vue depuis la Terre. Jusqu’au 22 février l’augmentation du diamètre apparent de Vénus l’emporte sur le rétrécissement du croissant de sorte que son éclat augmente mais après cette date une chute de luminosité s’amorcera, ce qui nous amènera au mois de mars pour suivre l’amincissement du croissant. Au début de ce mois de février, Vénus a passé sa phase de dernier quartier. À l’aide d’un petit instrument grossissant une cinquantaine de fois on peut admirer le disque de la planète en forme de lune miniature mais on pourra attendre le mois de mars pour se régaler de l’élégance du croissant.

Le MERCREDI 1er FÉVRIER un jeune CROISSANT DE LUNE plein de sa mystérieuse lumière cendrée passe à côté de notre magnifique Vénus tandis que MARS se tient modestement entre les deux. Dans la NUIT DU DIMANCHE 5 AU LUNDI 6 c’est au tour de l’amas des HYADES dans la constellation du Taureau de recevoir la visite de la Lune gibbeuse. Dans une grande moitié sud de la France, ALDÉBARAN, la belle étoile rouge de la constellation, subira une occultation par le disque lunaire vers 23 heures pour réapparaître environ 45 minutes plus tard. On peut suivre le phénomène à travers des jumelles ou un petit instrument en notant en particulier la brusquerie de la disparition  puis de la réapparition de l’étoile, une rapidité due à l’absence d’atmosphère autour du limbe lunaire. À Paris et au nord du pays la Lune ne fera que frôler Aldébaran, laquelle glissera le long du bord lunaire.

Dans la NUIT DU VENDREDI 10 AU SAMEDI 11, à l’occasion de la Pleine Lune se produira une éclipse partielle de Lune par la pénombre. L’éclipse est partielle car elle ne concerne qu’une partie du disque lunaire et elle est produite par la pénombre de la Terre. Sur la Lune les sélénites, je le rappelle, voient le Soleil passer derrière la Terre et non la Terre passer devant le Soleil car là-bas la Terre est fixe dans le ciel (à quelque chose près !) tandis que le Soleil parcourt le ciel sur le cycle de la lunaison de quelque 29 jours. Parler d’éclipse par la pénombre signifie que de la Lune le Soleil ne sera que partiellement occulté aux endroits concernés. Le phénomène a cet aspect pédagogique de permettre de distinguer entre éclipse et occultation. Lors de notre éclipse du 11, la Lune sera bien éclipsée pour les terriens tandis que les sélénites verront le Soleil occulté par la Terre. Et tandis que l’éclipse est la même pour tous ceux qui voient la Lune, l’occultation est différente selon le lieu de l’observateur sélène. Comme sera différente sur Terre l’occultation d’Aldébaran par la Lune du 5 février selon le lieu d’observation. Enfin, comme je me sens trop sevré d’éclipses de Lune, je signale en guise de consolation que la prochaine éclipse partielle de Lune aura lieu le 7 août 2017 et la prochaine éclipse totale de Lune visible en Europe aura lieu de 27 juillet 2018.

Il serait injuste de n’avoir d’yeux que pour Vénus et d’oublier derrière la reine le souverain Jupiter. Levée à l’est-sud-est en fin de soirée la planète géante est toujours bien visible en seconde moitié de nuit et mérite qu’on observe à travers un petit instrument, voire de simples jumelles fixées sur pied, son disque zébré de bandes nuageuses flanqué de part et d’autre des quatre satellites galiléens répartis de façon toujours nouvelle, fantaisiste et imprévisible. Jupiter est accompagnée de SPICA l’étoile principale de la Vierge et forme avec elle un merveilleux duo. De plus cette belle étoile va pouvoir servir de repère aux plus attentifs pour étudier le mouvement de Jupiter par rapport aux étoiles. En effet la plupart du temps Jupiter effectue son déplacement dans le ciel d’ouest en est,  reflétant en cela le mouvement de révolution de la Terre autour du Soleil. Mais le lundi 6 Jupiter va devenir stationnaire et entamer dans l’autre sens, d’est en ouest, ce que l’on appelle une boucle de rétrogradation. Cette particularité du mouvement des planètes était un casse-tête insoluble dans le cadre d’un modèle géocentrique mais devenait facile à expliquer dans un modèle héliocentrique par le simple jeu de la combinaison des orbites et de la visée d’une planète depuis la Terre. Ici Jupiter s’approche de son opposition du 7 avril prochain,  jour où la planète sera en position de Pleine Lune (en quelque sorte) à l’opposé du Soleil, et cette opposition se traduit précisément par une boucle de rétrogradation. Pratiquement, il sera difficile d’apprécier ce mouvement par rapport aux étoiles sur ce mois de février car le déplacement cumulé sera faible mais on en déduira que Jupiter semble bien stationnaire, de sorte que le joli duo nous accompagnera tel quel toutes les nuits. On pourra encore remarquer entre Jupiter et l’horizon une constellation peu connue que j’aime bien car elle est d’une forme reconnaissable et régulière. Il s’agit du CORBEAU qui dessine un petit quadrilatère d’étoiles assez brillantes et d’éclats comparables.

Pendant que nous y sommes, continuez l’exploration du ciel au-dessus de Jupiter et admirez les somptueuses cascades d’étoiles de la CHEVELURE DE BÉRÉNICE. Si le ciel est clair cette région du ciel est fabuleuse. Aidez-vous de jumelles pour en apprécier toute la richesse. Astronomiquement parlant cette région indique la direction du pôle galactique, extrémité de l’axe autour duquel tourne notre Voie Lactée, et se caractérise par un déficit de matière absorbante, ce qui en fait une sorte de fenêtre à travers laquelle on peut effectuer des sondages profonds de l’univers lointain. L’amas de galaxies de la Chevelure de Bérénice contient plus d’un millier de galaxies. À raison de centaines de milliards d’étoiles par galaxie, c’est beaucoup pour une seule espèce humaine (!) La Chevelure de Bérénice est une constellation du printemps par excellence puisqu’elle se situe au centre du Losange de Printemps dont les sommets sont constitués d’Arcturus, Denebola (l’étoile marquant l’extrémité de la queue du Lion), Spica (doublée en ce moment de Jupiter) et Cor Caroli (à l’aplomb de la queue de la casserole de la Grande Ourse). J’en profite pour redire qu’Arcturus est selon moi l’étoile la plus facile à repérer dans le ciel car on la trouve sans ambiguïté en prolongeant la courbe que dessine la queue de la casserole de la Grande Ourse. Vérifiez vous-même et observez cette étoile brillante se lever de plus en plus tôt chaque soir. C’est elle qui nous amène les ciels de printemps puis d’été.

Pour terminer le tour des planètes la Lune vieillissante ira rendre visite à SATURNE le MARDI 21. Le spectacle se déroule sur l’horizon sud-est une heure et demie avant le lever du Soleil et permet de voir l’étoile rougeoyante ANTARÈS de la constellation du Scorpion (à ne pas confondre avec l’autre étoile rouge Aldébaran du Taureau) que la lune aura croisée deux jours avant, le dimanche 19.

LE CHIFFRE DU MOIS : beaucoup. Il y a "beaucoup" d’étoiles, de planètes, de galaxies, mais combien au juste ? Il y aurait une centaine de milliards d’étoiles (ou E11 étoiles) dans la Voie Lactée (la Galaxie), à un large facteur 10 près. À raison de 10 planètes par étoiles, nombre canonique largement arbitraire, cela nous fait E12 planètes. Dans la portion visible de l’Univers il y aurait également E12 galaxies selon les comptages et le modèle de Friedmann. Des nombres inconcevables mais mesurables, comme l’est tout nombre honnête. Et on pourra se rappeler qu'à l'échellede l'Univers "beaucoup" c'est E12, ou mille milliards. Bien en dessous des mille millions de mille milliards de mille sabords, soit E24 sabords, du capitaine Haddock.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

FÉVRIER 2017 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Vénus la plus que belle au sud-ouest
En deuxième partie de nuit : Jupiter de l’est-sud-est au sud-ouest en dessous du Losange de Printemps et de la Chevelure de Bérénice
Mercredi 1er : le croissant de Lune du soir à côté de Mars la rouge et de Vénus
Jeudi 2 : le croissant de Lune du soir
Nuit du dimanche 5 au lundi 6 : la Lune dans les Hyades cache Aldébaran vers 23h (occultation visible dans une grande moitié sud de la France)
Lundi 6 : Jupiter stationnaire entame sa boucle de rétrogradation
Nuit du vendredi 10 au samedi 11 : lever de la Lune, Pleine Lune à 1h33 et éclipse partielle par la pénombre avec une légère baisse de luminosité
Mercredi 15 et jeudi 16 : à l’orée de l’aube au sud-sud-ouest la Lune passe d’un côté à l’autre de Jupiter et Spica
Du dimanche 19 au mardi 21 : la Lune voyage d’Antarès du Scorpion à Saturne au sud-est une heure et demie avant le lever du Soleil
Du 20 au 24 : le croissant de Lune du matin
Mercredi 22 : Vénus atteint son éclat maximal (magnitude de -4,7)
Samedi 25 : saurez-vous dénicher le fin croissant de Lune âgé de 33 heures avant la Nouvelle Lune ?
Dimanche 26 : Nouvelle Lune et nuits noires autour de cette date
Dimanche 26 : éclipse annulaire de Soleil, visible de la Patagonie à l’Angola
Dimanche 26 : à la fin du crépuscule, Uranus visible aux jumelles à côté de Mars

   

Mes sources d'information