Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en novembre 2011

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de juin 2013

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai

comète panstarrs
Conjonction Jupiter-Mercure-Vénus
de fin mai 2013

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Astronomiquement parlant, ce mois nous amène l’ÉTÉ, ce qui ne correspond pas forcément à l’aspect météorologique attendu de la saison (!), mais les fervent-e-s des étoiles auront à cœur de profiter au mieux des nuits les plus courtes de l’année.

Le mois de mai s’est refermé avec la prestation de VÉNUS, JUPITER et MERCURE jouant après le coucher du Soleil un ballet fascinant aux configurations variées. Le SAMEDI 1er JUIN 2013 se donne la dernière scène, toujours sur l’horizon ouest-nord-ouest, une bonne demi-heure après le coucher du Soleil. Le trio étant bas sur l’horizon, je redis qu’il faut choisir un horizon parfaitement dégagé et qu’il est utile de s’aider de jumelles. Ce premier soir de juin, Vénus, la plus brillante, est facilement repérable et sera entourée de part et d’autre de Mercure (au-dessus, la plus faible) et Jupiter (en dessous). Curieusement les trois planètes sont parfaitement alignées et Vénus se situe exactement au milieu. Après cette plaisante composition, Jupiter va plonger rapidement vers l’astre du jour pour passer derrière le Soleil le mercredi 19 juin. On pourra suivre ce trajet à partir du 8 juin sur les images du coronographe LASCO C3 de la sonde SOHO
http://soho.nascom.nasa.gov/data/realtime/c3/512/
Cette conjonction supérieure de Jupiter est assez exceptionnelle en ce que la planète sera occultée par le Soleil, une situation qui ne se reproduira que fin 2019.

Mais MERCURE et VÉNUS resteront visibles, l’une à côté de l’autre, jusqu’au JEUDI 20 JUIN, jour où elles présenteront leur plus fort rapprochement et où Mercure plongera à son tour dans l’éclat solaire. Il n’est jamais facile de voir la précieusement discrète Mercure, mais la proximité de Vénus, aisément repérable grâce à son éclat généreux, favorisera son observation. Il faut profiter de cette belle fenêtre de visibilité.

VÉNUS agrémentera le ciel du soir pendant plusieurs mois. Malheureusement elle ne s’élèvera guère dans le ciel car l’augmentation progressive de sa distance apparente au Soleil (on parle d’élongation) sera contrebalancée par l’abaissement de l’écliptique sur l’horizon. Seul son éclat puissant (avec une magnitude de presque -4) permettra de l’admirer. Elle le vaut bien.

Un horizon impérativement dégagé, des jumelles pour apercevoir Mercure : pourquoi se casser la tête alors que tant d’autres astres vont briller au firmament durant la nuit ? Eh bien les planètes, et particulièrement Mercure et Vénus, méritent notre intérêt car c’est l’étude de leur mouvement qui a permis la naissance de la science moderne. Contempler le ballet de Mercure et Vénus, leur croisement  sur l’autoroute du ciel de l’écliptique, c’est assister à la machinerie du système solaire dont la compréhension nous a ouvert les portes de l’Univers. Sans compter le fait que l’observation se fait ici à l’ouest, où nous voyons l’horizon terrestre monter pour cacher progressivement les astres du couchant, alors qu’avant l’ère scientifique on enseignait que les astres eux-mêmes tournaient autour de la Terre. Depuis la révolution copernicienne, la Terre tourne sur elle-même et les planètes tournent autour du Soleil en accord avec la théorie newtonienne de la gravitation. C’est à la fin du XVIIème siècle que la science, forte de la théorie de l’attraction universelle de Newton et des observations de Kepler du mouvement des planètes, a pu venir éclairer l’humanité sur la réalité du monde. Admirer les déplacements d’apparence capricieuse de Mercure et Vénus c’est se souvenir que des savants patiemment rationalistes nous ont légué un savoir à transmettre à tous de génération en génération.

Les LUNDI 10 et MARDI 11 JUIN un fin CROISSANT DE LUNE vient rendre visite au duo VÉNUS-MERCURE et ajouter la note féérique de sa lumière cendrée au tableau du crépuscule. Si l’observation est un peu délicate le lundi 10 car la Lune n’aura qu’une cinquantaine d’heures après la Nouvelle Lune du samedi 8, elle sera plus facile le mardi 11, Vénus pouvant servir de référence dans les deux cas. Un beau rendez-vous à ne pas manquer durant lequel nous pourrons trouver Castor et Pollux au-dessus et la brillante Capella vers le haut sur la droite.

SATURNE la merveilleuse planète aux anneaux est toujours idéalement placée pour être observée dans un petit instrument. Elle est voisine du méridien en début de nuit et peut donc être suivie dès le Soleil couché. Vous la repèrerez comme le sommet de l'angle droit du grand triangle rectangle dont Arcturus (dans le prolongement du manche de la Grande Casserole) vers le haut et Spica vers la droite constituent les deux autres sommets. Arcturus-Spica forment l'hypothénuse tandis que les côtés de l'angle droit sont respectivement Saturne-Spica (le petit côté) et Saturne-Arcturus (le grand). Je rappelle qu’il faut un grossissement d’au moins une trentaine de fois pour distinguer les anneaux, ce que fournissent facilement les instruments que vous pourrez trouver soit chez vous, soit autour de vous, soit dans un observatoire pour grand public. Saturne nous réserve ce mois-ci une petite facétie. Située toujours dans la constellation de la Vierge elle est proche de l’étoile Kappa (la lettre grecque, car on nomme les étoiles les plus brillantes d’une constellation par la succession des lettres de l’alphabet grec, alpha, beta, gamma, delta… ; ainsi Spica est Alpha de la Vierge) de magnitude 4,2. La planète s’en rapprochera progressivement jusqu’à la conjonction de début juillet avec un écart de seulement 0,5 degré. Une curieuse "étoile double" à suivre aux jumelles (ou à l’œil nu pour bonne vue dans un site protégé des lumières parasites).
Une Lune gibbeuse croissante viendra rendre visite à Saturne le MERCREDI 19 JUIN mais c’est la veille, le MARDI 18, que l’observation est encore plus plaisante car la Lune passe tout près de SPICA. Ce rapprochement remarquable est à observer aux jumelles, ou dans un petit instrument pour mieux profiter du spectacle de la Lune.

Le VENDREDI 21 marque le solstice de juin, début de l’été dans l’hémisphère nord. C’est le moment où l’axe nord de la toupie terrestre est le plus fortement penché vers le Soleil, exposant ainsi l’hémisphère nord à un ensoleillement maximal. Ce 21 juin la durée du jour est la plus longue, le Soleil se lève le plus au nord (du côté est bien entendu !) et passe au méridien au point le plus haut de l’année (70° à Montpellier). Ensuite les nuits rallongent et le Soleil se décale vers le sud à son lever et à son coucher.

DIMANCHE 23 nous réserve la plus grosse PLEINE LUNE de l’année, notre satellite passant en même temps au plus près de la Terre sur son orbite elliptique (au périgée). En synchronisation parfaite la Lune se couche dimanche matin à l’ouest-sud-ouest au moment où le Soleil se lève dans la direction opposée. Elle se lève dimanche soir à l’est-sud-est tandis que le Soleil se couche à l’ouest-nord-ouest. Profitez des magnifiques couleurs que présente le disque lunaire au voisinage de l’horizon.

Quelle est cette magnifique étoile blanc-bleutée levée dès le début de la nuit à l’est-nord-est ? Il s’agit de VÉGA (Alpha de la Lyre), l’étoile emblématique de nos ciels d’été, la deuxième plus brillante de l’hémisphère juste après Arcturus. Elle constitue l’un des sommets du fameux TRIANGLE D’ÉTÉ, qui apparaît progressivement ce mois-ci au nord-est. Les deux autres sommets sont formés de DENEB de la constellation du Cygne et d’ALTAÏR de la constellation de l’Aigle. Deneb se lève peu après Véga au nord-est et Altaïr suit à l’est. Apprenez à reconnaître le dessin de ces constellations. La Lyre forme un petit parallélogramme à côté de Véga, laquelle est accompagnée d’une étoile double visible aux jumelles. Le Cygne dessine une immense croix dont Deneb occupe le sommet et l’Aigle se voit comme un V majuscule dont Altaïr, entourée de deux autres étoiles plus faibles, occupe l’extrémité d’une branche. Il faut éviter de confondre le "V" de l’Aigle avec le "V" du Taureau.

Enfin les nuits de ce mois de juin nous donnent l’occasion d’assister à de beaux passages de la Station Spatiale Internationale (ISS) dont le spectacle est toujours impressionnant par sa majesté et sa ponctualité. Imaginer que six personnes (dont une femme) vivent à bord de ce vaisseau en orbite à quelque 400 kilomètres d’altitude peut faire rêver. Vous pouvez tomber sur l’astre artificiel par chance mais le mieux, surtout si vous voulez impressionner votre public, est de consulter les horaires sur le site heavens-above
http://www.heavens-above.com/
sur lequel vous pouvez ouvrir un compte pour retrouver facilement vos différents lieux d’observation. Consulter les horaires est l’occasion de réviser votre leçon sur les magnitudes. En effet la magnitude de l’ISS est indiquée et vous apprendrez vite qu’une magnitude de -3,4 correspond à un passage très brillant et un passage à -0,5 à un passage nettement moins brillant. Plus la magnitude est petite, en valeur algébrique, plus l’éclat est grand. Vous noterez encore que plusieurs passages sont possibles en une seule nuit. La station fait un tour de Terre en environ 1h30 et on peut la voir revenir sur cet intervalle de temps. Sachant qu’un tour de Terre fait 40 000 kilomètres (par définition du mètre) vous pouvez calculer aisément la vitesse de la station : environ7,4 kilomètres par seconde. La valeur décoiffe mais une fois la vitesse atteinte le principe de relativité indique que la grandeur de la vitesse est imperceptible par mesure interne (en revanche les occupants voient défiler la Terre à travers les hublots).

LE CHIFFRE DU MOIS : 1965. C’est l’année de la découverte par Penzias et Wilson du rayonnement cosmologique diffus à 3 degrés Kelvin de température, la première lumière à nous parvenir du fond des âges. Cette découverte confirme que l’Univers est bien né dans cet état extrêmement condensé et chaud que nous appelons Big Bang. Depuis cette date aucune découverte majeure n’a plus été faite en astrophysique. La science fondamentale moderne, née trois siècles plus tôt avec la révolution copernicienne, a-t-elle achevé son existence ?

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

JUIN 2013 AU JOUR LE JOUR
Toutes les nuits : le grand triangle isocèle Arcturus-Spica-Saturne ; Saturne à observer dans un instrument et aux jumelles à côté de Kappa de la Vierge
Jusqu’au 20 : Mercure et Vénus dans un même champ de jumelles
Tous les soirs : Véga et le Triangle d’Été se lèvent de plus en plus tôt
Samedi 1er : alignement de Mercure, Vénus et Jupiter au couchant
Du dimanche 2 au vendredi 7 : le croissant lunaire du matin
Samedi 8 : Nouvelle Lune et nuits noires autour de cette date ; Jupiter entre dans le champ du coronographe de SOHO
Du lundi 10 au vendredi 14 : le croissant lunaire du soir
Lundi 10 et mardi 11 : le croissant de Lune auprès de Vénus et Mercure
Mercredi 12 : Mercure à sa plus grande élongation à 24° du Soleil
Mardi 18 : Spica juste au-dessus de la Lune
Mercredi 19 : la Lune près de Saturne ; passage de Jupiter derrière le Soleil (à voir sur les images de la sonde SOHO)
Jeudi 20 : Mercure au plus près de Vénus
Vendredi 21 : solstice de juin ; les nuits commencent à rallonger
Dimanche 23 : Pleine Lune, la plus grosse de l’année



   

Mes sources d'information