Page d'accueil du site
de Christian Magnan

Le ciel du mois (par Christian Magnan)

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


 

Le ciel de juillet 2007

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin |

ISS
La station spatiale internationale
en juin 2007

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Quel début de mois exaltant ! Depuis des semaines que l'éblouissante planète VÉNUS glisse vers SATURNE le soir, voici venu le moment de leur rapprochement maximum dans le ciel. Le soir des SAMEDI 30 JUIN et DIMANCHE 1er JUILLET 2007 les deux astres se frôlent à moins d'un degré d'écart. Pour admirer cette superbe rencontre il faudra tout de même attendre que le ciel soit assez sombre, pour permettre à Saturne, bien moins brillante que Vénus, de devenir visible.

Pourquoi une telle différence d'éclat, frappante, entre Vénus, l'astre le plus brillant du ciel et Saturne, une planète pourtant classée parmi les « géantes » ? Une planète ne brille pas par elle-même et ne fait que renvoyer dans l'espace la lumière qu'elle reçoit du Soleil. Or , étant située beaucoup plus loin du Soleil que Vénus, Saturne recueille aussi beaucoup moins d'énergie par unité de surface. L'éclairement d'une planète est inversement proportionnel à sa distance au Soleil (deux fois plus loin entraîne quatre fois moins de lumière) et comme Vénus est située à peu près 13 fois plus près que Saturne, elle récolte 175 fois plus de lumière par unité de surface. Cependant comme la surface de la géante est 100 fois plus grande que celle de notre planète soeur, qui de plus est vue sous forme de croissant avec 35% de surface éclairée, ceci compense en gros cela. En fait le point déterminant est la distance des deux planètes à la Terre, d'où nous les observons, car une loi en inverse proportion du carré de la distance joue à nouveau( un même objet vu trois fois plus loin est neuf fois moins brillant). Comme Saturne est située à la bagatelle de 1,5 milliards de kilomètres tandis que Vénus nous croise à 80 millions, le facteur sur la luminosité est de 350. Faisons le compte pour trouver le rapport entre l'éclat de Vénus et celui de Saturne. Prendre 175, diviser par 100, multiplier par 0,35,  multiplier par 350 : Vénus serait 200 fois plus lumineuse que Saturne. Cela correspond à une différence de magnitude de 5,5. Le compte est bon : tandis que Vénus se la joue avec une magnitude -4,4 Saturne affiche le résultat modeste de 1,1 (qui correspond à peu près à l'éclat de l'étoile RÉGULUS du Lion, que l'on trouve à gauche du duo  magnifique et qui sera d'ailleurs en CONJONCTION serrée avec Vénus le SOIR DU 14 JUILLET). Que les allergiques aux chiffres me pardonnent ce calcul  

S'il marque bien la fin de la période de visibilité de Vénus et de Saturne, qui vont plonger soir après soir vers l'horizon et le Soleil, le mois à venir constitue une période vivement recommandée pour observer les PHASES DE LA PLANÈTE VÉNUS, qui décidément a plus d'un tour pour nous séduire La planète se rapproche en effet de la Terre pour bientôt passer (le 18 août) entre nous et le Soleil. Par conséquent la face éclairée de la planète (il y en a toujours une moitié qui est éclairée... comme pour la Lune !) prend sur Terre la forme d'un croissant de plus en plus mince. Le phénomène est absolument ravissant, croyez-moi, mais on ne peut le suivre qu'avec de bonnes jumelles (fixées sur un trépied) ou une petite lunette. J'ai rencontré récemment des amateurs extasiés de découvrir un croissant là où l'oeil nu ne percevait qu'un point. Sachez que si le croissant s'amincit de façon spectaculaire au cours du mois, sa hauteur augmentera de 50%.

La planète JUPITER prend la place de Vénus comme objet le plus brillant du ciel, dès le début de nuit, au-dessus de l'horizon sud-est, là où se lève la pleine Lune et où on remarque la rouge ANTARÈS (la rivale de Mars)  l'étoile la plus brillante du Scorpion. Non, je ne recommencerai pas le calcul mais Jupiter reçoit 50 fois moins de lumière que Vénus par unité de surface, est 140 fois plus grosse, et située 10 fois plus loin de la Terre. Elle brille avec une magnitude de -2,5. C'est un plaisir toujours renouvelé que de suivre la ronde des quatre satellites, inventant chaque soir une figure nouvelle de danse. Mais, comme pour Vénus il faut de bonnes jumelles et un bon pied. Spectacle tous les soirs du mois (malheureusement non garanti, vous savez pourquoi

MARS devient de mieux en mieux visible le matin, à l'est. On notera avec bonheur la proximité de l'amas si attrayant des Pléiades (non ! ce n'est pas encore l'hiver mais il y a un côté magique à prendre conscience des cycles cosmiques en voyant réapparaître les étoiles du froid), la planète rouillée entrant en fin de mois dans la constellation du Taureau. Mars qui se dégage lentement mais sûrement des basses couches atmosphériques est un objet sur lequel je vous conseille de miser pour les mois à venir. À propos de Mars des tempêtes sont en train de se déchaîner sur sa surface, comme on peut le voir sur l'image suivante, prise par un « amateur professionnel »
http://www.spaceweather.com/swpod2007/28jun07/melka1.jpg

Nous avons un autre rendez-vous le matin en deuxième quinzaine de mois avec notre chère MERCURE, la planète la plus proche du Soleil (donc perdue dans l'éclat du Soleil diffusé par le bleu du ciel mais bénéficiant aussi d'un éclairement généreux de la part de celui-ci). Au total une magnitude de presque -1 en fin de mois. Mercure est à chercher (jumelles bienvenues) au-dessus d'un horizon est-nord-est dégagé à partir de la mi-juillet, une heure avant le début du jour (disons vers 5h30 à Montpellier).

Au chapitre des rendez-vous lunaires, le premier à noter est celui du MATIN DU MERCREDI 11 JUILLET avec le passage d'un mince croissant près de l 'amas des Pléiades. Cet événement annonce celui qui aura lieu un mois plus tard, dans la nuit du 6 au 7 août, avec le passage de la Lune au beau milieu de l'amas, accompagné de multiples occultations, un spectacle que bien des astronomes amateurs attendent de déguster avec gourmandise.

Après la nouvelle Lune du 14 juillet, le soir du MARDI 17 JUILLET marquera pour la saison le dernier rendez-vous  de la Lune avec VÉNUS, maintenant tout de même bien basse sur l'horizon. Le SAMEDI 21 JUILLET j'adorerai voir le quartier de Lune passer juste à la verticale de SPICA, la belle étoile de la constellation de la Vierge. Puis, comme vous l'avez peut-être remarqué ces derniers jours de juin 2007, la Lune se joindra à Jupiter et Antarès du Scorpion les soirs du MARDI 24 et MERCREDI 25 JUILLET. Un beau rassemblement.

Le mois de juillet marquera sans doute pour certain-e-s la pause des vacances, en vous permettant peut-être de profiter d'un « vrai » ciel bien noir peu pollué par les lumières artificielles. C'est ce que je peux vous souhaiter de plus précieux comme spectacle astronomique, au-delà des phénomènes annoncés dans ce bulletin. Nous avons tellement perdu l'occasion de voir des étoiles que la scène d'un ciel parsemé de plus d'un millier de points lumineux constellant la voûte céleste est devenu véritablement « extraordinaire ». Si des conditions aussi privilégiés se présentent à vous, profitez-en sans modération, en sachant qu'un déplacement vers un endroit mieux protégé des lumières parasites peut rapporter gros. En été le ruban de la Voie Lactée traverse le ciel en partant du Scorpion et du Sagittaire (vers  lequel se trouve le centre de notre Galaxie) au sud jusque vers Persée au nord en traversant le Cygne et cette bande de ciel est d'une richesse incroyable en amas et nébulosités de toutes sortes. Aux jumelles des découvertes vous attendent «  à tout bout de champ » mais l'oeil nu est déjà un instrument merveilleux.

L'expérience montre que le ciel est traversé en permanence de satellites divers, plus ou moins lumineux et d'éclat parfois variable. Les prestations de la station spatiale internationale sont particulièrement spectaculaires. Vous pouvez trouver les heures de passage sur le site
http://www.heavens-above.com/
et programmer une observation. Vous aurez votre petit succès auprès du public si vous annoncez le bon passage, à la bonne heure, dans la bonne direction (et si vous ne vous plantez pas ) Je ne suis pas un fana des vols habités, qui selon moi n'ont aucun avenir parce que dépassant de loin les ressources humaines (dans tous les sens du terme), mais je reconnais que je trouve assez émouvant de voir ce point brillant majestueusement traverser le ciel en pensant que trois personnes se trouvent à bord et tournent pendant des mois à raison d'un tour de Terre en 1h1/2. L'équipage actuel est composé du groupe suivant
http://www.nasa.gov/mission_pages/station/expeditions/expedition15/index.html
Peu de gens savent que la navette Atlantis avec sept personnes à bord a récemment rendu visite à la station pour apporter vivres (sans  munitions), poursuivre la construction de ce complexe, ramener au sol Sunita Williams
http://www.jsc.nasa.gov/Bios/htmlbios/williams-s.html
et « déposer » à sa place un autre astronaute
http://www.nasa.gov/mission_pages/station/expeditions/expedition15/exp15_interview_anderson.html

J'oubliais : quand on regarde le ciel, on voit aussi passer des étoiles filantes. Imprévisibles. Un cadeau gratuit.

Bonnes nuits d'été sous les étoiles
Christian