Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de juillet 2012

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin

croissant de Vénus
Duo de galaxies

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Il y a plus de dix ans que les Européens n’avaient pas observé un tel phénomène. L’événement mérite que l’on sorte sa lunette ou son télescope, ou à défaut ses jumelles (montées sur un trépied). Le DIMANCHE 15 JUILLET 2012 vers 3h30 du matin, quelques dizaines de minutes après que la Lune s’est levée, la planète JUPITER est OCCULTÉE  par le croissant lunaire. La disparition de la planète (on parle d’immersion) se produit au bord éclairé du disque lunaire, la réapparition (émersion), au bord obscur. Comme il s’agit d’une occultation (et non d’une éclipse car Jupiter ne passe pas dans l’ombre de la Lune ou de la Terre) son instant précis dépend des positions de Jupiter et de la Lune pour l’œil de l’observateur et varie donc un peu selon la position géographique de ce dernier. Mais vous ne pouvez pas manquer l’occultation : il suffit de commencer à observer au moment où la Lune se lève (3h à Paris) puis de suivre le rapprochement de Jupiter et du croissant lunaire. Le plus saisissant dans le spectacle sera de voir les satellites de la planète géante disparaître tour à tour, Europe et Io avant Jupiter, Ganymède et Callisto après. La réapparition du cortège d’astres sagement alignés se produit vers 4h10, une quarantaine de minutes après leur disparition, en sortant de la féérique lumière cendrée. Magique!

Le spectacle n’est pas vraiment terminé. Après l’occultation VÉNUS, la plus que belle, la reine des planètes, fait son entrée sur le même horizon et son éclat intense lui permet de résister plus longtemps à l’assaut du jour naissant. Le lendemain matin, le LUNDI 16 JUILLET, le croissant encore aminci, plein de la toujours mystérieuse lumière cendrée sera passée de l’autre côté de Vénus et formera avec les deux planètes un triangle isocèle très ouvert. Et encore le matin suivant du MARDI 17, vers 5h30, nous pourrons admirer un croissant lunaire de 4%, deux jours avant la nouvelle Lune (jumelles conseillées). Notre guide du ciel Guillaume Cannat n’hésite pas à écrire que ces matins du 14 au 17 juillet nous offrent des rendez-nous célestes parmi les plus beaux de l’été.
Le chapelet d’étoiles et de planètes du matin ornant l’horizon est-nord-est une à deux heures avant le jour est à admirer tous les matins du mois et ce dès le DIMANCHE 1er JUILLET. S’élèvent les premières dans le ciel les PLÉIADES (rejointes par le croissant lunaire le 14 JUILLET) suivies du roi JUPITER et de la reine VÉNUS, suivie elle-même par l’étoile rouge ALDÉBARAN de la constellation du Taureau. À noter après le passage de Vénus du MERCREDI 4 JUILLET au sein de l’amas des HYADES (dont les étoiles dessinent la constellation du Taureau) le rapprochement serré entre VÉNUS et ALDÉBARAN le LUNDI 9 et le MARDI 10. Il est intéressant d’observer au fil du mois le déplacement du couple des planètes Vénus et Jupiter par rapport à Aldébaran, avec un jeu de configurations différentes. Eh oui, les planètes se déplacent par rapport aux étoiles!

Mais comme j’entends rouméguer les réfractaires au lever tôt je m’empresse de me tourner vers l’autre côté du ciel, celui du début de nuit. Là aussi se trouvent les deux planètes SATURNE et MARS que nous suivons depuis des mois. Le jeu sera d’observer le déplacement de Mars au cours du mois et de la voir se rapprocher du duo Saturne-Spica (elle passera entre les deux astres le mois prochain). Mars est la belle "étoile" rouge visible le soir sur l’horizon ouest, maintenant dans la constellation de la Vierge après avoir quitté celle du Lion. Saturne, située au-dessus de Spica forme avec cette dernière un beau duo vers l’ouest-sud-ouest. Retenez précieusement les soirs du MARDI 24 et MERCREDI 25 JUILLET 2012 où le croissant lunaire viendra former avec Mars, Saturne et Spica un magnifique quatuor. La Lune coiffée de Mars le 24 bondira le lendemain vers Spica. Des jumelles aideront à saisir la luminosité blafarde de la lumière cendrée et permettront d’apprécier la rotondité de notre satellite.

En cette période de vacances où les débutants sont nombreux à tenter de se repérer dans le ciel,  jouons les étoiles faciles. La constellation la plus connue constituant le point de départ de toute exploration du ciel est la fameuse GRANDE OURSE formée de sept étoiles brillantes dessinant une grande casserole. C’est à partir de leur nombre, sept donc, qu’a été forgé le nom de septentrion désignant poétiquement le nord. Elle est remarquablement placée dans le ciel en cette saison, dominant le secteur nord-ouest. Il est intéressant de savoir que contrairement à la plupart des constellations et astérismes du ciel, qui résultent d’alignements fortuits de direction dans le ciel des astres qui les constituent, la plupart des étoiles de la Grande Ourse sont physiquement liées entre elles et font partie d’un même courant d’étoiles.

Autant la Grande Ourse est facile à identifier, autant la "casserole" de la Petite Ourse est difficile à distinguer. Retenez simplement que les deux constellations sont tête-bêche. Il faut savoir trouver l’Étoile polaire à partir de la Grande Ourse en prolongeant d’environ cinq fois sa longueur le segment de droite constitué des deux étoiles de l’extrémité de la grande casserole opposée au manche. L’étoile polaire indique la direction vers laquelle pointe l’axe de rotation de la Terre. Sa hauteur est égale à la latitude du lieu auquel on se trouve, soit à mi-course entre l’horizon et le zénith pour nos latitudes voisines de 45 degrés.
Enfin lectrices et lecteurs fidèles de ce bulletin savent qu'en prolongeant la courbe dessinée par le manche de la casserole on atteint l'étoile brillante selon moi la plus facile à repérer du ciel grâce à ce moyen: ARCTURUS. Et qu'en continuant la courbe on trouve SPICA (ou l'Épi de la Vierge), accompagnée en ce moment de Saturne. Arcturus, de couleur jaune-orangée, est magnifique en cette saison, haut dans le ciel : il s’agit tout de même de l’étoile la plus brillante du ciel boréal.

Je termine par le rappel (voir le ciel du mois de juin) de l’autre figure emblématique facile du GRAND TRIANGLE D’ÉTÉ formé des brillantes VÉGA de la Lyre, DENEB du Cygne et ALTAÏR de l’Aigle. Si l’explication de la force de l’éclat de Véga et d’Altaïr réside dans leur relative proximité (à une vingtaine d’années de lumière), cette raison ne s’applique pas à Deneb, qui se situe 100 fois plus loin. En fait Deneb est intrinsèquement 10000 fois plus brillante que Véga car il s’agit d’une étoile dite supergéante d’une taille si énorme que si on la mettait à la place du Soleil, sa surface atteindrait l’orbite de la Terre.

LE CHIFFRE DU MOIS : cent millions d’années. C’est l’ordre de grandeur du temps mis par un photon (un grain de lumière) créé au centre du Soleil pour en sortir. Pourquoi un temps si long? Parce que le photon voyage en une succession innombrable d’absorptions-réémissions le long d’un trajet en zig-zag comparable à celui d’un marin ivre. Si le photon sortait d’un seul coup tout droit, il ne lui faudrait que quelques secondes.

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

JUILLET 2012 AU JOUR LE JOUR
tous les soirs : le lever du Triangle d’été
tous les matins : le lever des Pléiades, de Jupiter, de Vénus et des Hyades
Dimanche 1er : avant le lever du Soleil, rapprochement entre Jupiter et Vénus, entourées des Pléiades et d’Aldébaran
Dimanche 1er au soir : quelle est cette étoile rouge en dessous de la Lune ? Antarès du Scorpion
Mardi 3 : Pleine Lune
Mercredi 4 : au matin Vénus au sein de l’amas des Hyades
Dimanche 9 et lundi 10 : Vénus au plus près d’Aldébaran
Du jeudi 12 au mardi 17 : le croissant lunaire et de beaux rendez-vous du matin
Samedi 14 : le croissant de Lune à côté des Pléiades
Dimanche 15 : occultation de Jupiter par la Lune (vers 3h30)
Lundi 16 : le mince croissant lunaire et Vénus
Mardi 17 : un croissant de Lune de 4% à dénicher deux jours avant la Nouvelle Lune
Jeudi 19 : Nouvelle Lune
Du samedi 21 au mardi 24 : le croissant lunaire du soir
Mardi 24 et mercredi 25 : au crépuscule, quatuor formé par Mars, Saturne, Spica et la Lune
Du jeudi 26 au 15 août : Mars se rapproche de Saturne
Samedi 28 : quelle est cette étoile rouge en dessous de la Lune ? Antarès du Scorpion

   

Mes sources d'information