Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Un astronome professionnel retrace pour vous le cheminement patient de la pensée scientifique moderne, vous guide dans une visite grandiose de l'Univers, vous raconte la folle histoire des étoiles et vous révèle la place de l'espèce humaine dans un cosmos qui ne l'attendait pas.

L'auteur se permet en outre de dénoncer les graves dérives conceptuelles d'une science contemporaine courant à sa perte sous l'effet d'un productivisme effréné.

Voici un ouvrage unique en son genre qui vous donnera à penser!

 

couverture

Paru en novembre 2011

Édité par Guillaume Cannat (amds-edition)
Disponible en commande immédiate
dédicace possible de l'auteur

L'image de couverture représente l'éclipse totale de Soleil du 11 juillet 2010 à l'île de Pâques (cliché de Guillaume Blanchard)


Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel d'août 2013

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2013 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet

Edwin_Hubble
Edwin Hubble
(1889-1953)

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Nous les attendions. Elles arrivent. A nous de tenter notre chance pour admirer les Perséides, les ÉTOILES FILANTES du mois d’août. Le cru 2013 s’annonce sous de bons auspices car la Lune, en début de lunaison, ira se coucher au moment où les filantes arriveront et ne gênera pas par son éclat la détection des faibles traces. Le maximum de l’essaim se produit dans la NUIT DU LUNDI 12 AU MARDI 13 AOÛT et c’est bien cette nuit qu’il faut choisir pour observer le phénomène. Choisissez un lieu à l’écart des lumières artificielles et dégagé dans toutes les directions, allongez-vous sur une couverture ou un tapis de sol ou installez-vous sur une chaise longue et guettez le ciel. Dans quelle direction regarder ? Les étoiles filantes semblent provenir (par effet de perspective, alors que les traces sont en réalité parallèles) de la constellation de Persée (d’où leur nom), mais il est souhaitable de regarder à 40 ou 60 degrés autour de ce point origine (on parle du "radiant"). Comme la constellation de Persée n’est pas si facilement reconnaissable, calez-vous sur CASSIOPÉE, la fameuse constellation en forme de W que la plupart d’entre vous connaissent. En début de nuit elle se situe au nord-est et c’est plutôt dans cette direction qu’il faudra tourner votre regard. Mais les filantes sont facétieuses et tracent parfois dans votre dos.

Les étoiles filantes ne sont pas des étoiles. Ces traînées lumineuses sont produites par des poussières microscopiques (de la taille d’un grain de sable, voire d’un gravillon pour les plus spectaculaires) que la Terre rencontre dans sa course autour du Soleil et qui en heurtant la haute atmosphère, à une centaine de kilomètres d’altitude, se consument en excitant et ionisant les molécules atmosphériques émettant par la suite la lumière que nous percevons. Pourquoi les Perséides reviennent-elles à la même date de l’année ? Parce que les poussières sur lesquelles cogne la Terre se situe le long de l’orbite de la comète Swift-Tuttle, qui abandonne en chemin une partie de la matière qui la constitue, notamment chaque fois qu’elle passe près du Soleil, tous les 133 ans. Quand la Terre revient traverser année après année cette écharpe de poussières, le spectacle des étoiles filantes reprend.

La NOUVELLE LUNE  se produisant la semaine précédente, le MARDI 6 AOÛT, il faudra profiter de ces nuits sans trop de lune en début de mois pour (re)découvrir le majestueux ruban de la VOIE LACTÉE. Depuis 1924 l’humanité sait que l’Univers ne se réduit pas à cette Voie lactée mais est composé au contraire de galaxies, elles-mêmes rassemblant chacune des milliards d’étoiles tournant en dessinant (souvent) des spirales. Notre Voie lactée est une galaxie spirale parmi des milliers de milliards d’autres. Le Soleil est une étoile parmi la centaine de milliards qu’elle réunit. Ces nombres inconcevables sont approximatifs mais justes en ordre de grandeur. Pourquoi maintenant cette route lumineuse faisant le tour du ciel ? Parce que la Galaxie a la forme d’un disque plat à l’intérieur duquel nous nous trouvons et que lorsque nous visons dans le plan de ce disque les étoiles s’accumulent dans notre champ de vision au point de ne plus pouvoir se séparer les unes des autres et de produire ce chemin dont l’aspect laiteux a donné le mot "galaxie" (gala, galactos, signifie "lait" en grec). C’est en 1610 que Galilée réussit à résoudre la Voie Lactée en étoiles grâce à la lunette astronomique qu’il avait fabriquée, en montrant du même coup que le ciel était peuplé d’une immensité d’étoiles inconnues, non mentionnées dans la Bible.

Observer la Voie lactée est hélas devenu souvent impossible à cause de la pollution lumineuse mais j’espère que les circonstances estivales vous permettront de jouir quelque part d’un ciel bien noir dans lequel la coulée laiteuse céleste vous éblouira. Comme pour les filantes, il est judicieux de s’étendre sur une couverture et de promener votre regard, à l’œil nu ou aux jumelles, d’un bout à l’autre du chemin d’étoiles en repérant au passage des regroupements fortuits, des amas globuleux, des alignements, de petites nébuleuses, des parties sombres. C’est merveilleux.

Promenons-nous du sud au nord. Le cœur de notre galaxie se situe dans les constellations du SAGITTAIRE et du SCORPION. C’est la portion la plus épaisse de la Voie lactée, riche en amas et nébuleuses stellaires. La constellation du Scorpion est assez facilement reconnaissable à sa forme, évoquant précisément l’animal dont elle porte le nom. Son étoile principale ANTARÈS, de couleur orange, brille d’un bel éclat sur l’horizon sud et est flanquée sur sa droite de quatre étoiles disposée en arc de cercle pouvant évoquer l’extrémité des pinces. Surtout depuis Antarès se déroule un chapelet d’étoiles dessinant la queue recourbée portant le dard. Le Sagittaire se trouve à gauche d’Antarès et a la forme d’une théière. Montant vers le zénith, notre rivière lumineuse atteint l’AIGLE et son étoile principaleALTAÏR et traverse le fameux TRIANGLE D’ÉTÉ en se divisant en deux courants. C’est ici la partie la plus lumineuse de la Voie lactée visible à nos latitudes. Puis passant tout près de DENEB et laissant de côté VÉGA (les deux autres sommets du triangle), la Voie lactée rejoint la constellation de CASSIOPÉE en forme de W et la constellation de PERSÉE. Quelle somptueuse balade ! Vous pouvez en lire plus sur la page que j’ai consacrée au sujet
http://www.lacosmo.com/voielactee.html

Le mois n’est pas très favorable à l’observation des planètes mais elles sont tout de même dans le ciel. VÉNUS brille intensément dans le ciel du soir, après le coucher du Soleil, mais reste basse sur l’horizon ouest. Elle reçoit la visite d’un mince CROISSANT LUNAIRE  le VENDREDI 9 (difficile à voir) et le SAMEDI 10. Notez que ces deux soirs l’écart angulaire entre l’Étoile du soir et la Lune est important. Comme Vénus, la planète SATURNE est plaquée sur l’horizon de sorte qu’elle n’est plus observable dans de très bonnes conditions, bien que se couchant trois heures (en début de mois) puis deux (en fin de mois) après le Soleil.

C’est plutôt le matin que le spectacle planétaire se déroule, mais il faut se lever environ une heure avant le Soleil, ce qui nous met dans les six heures du matin à Montpellier. En vous tournant vers l’est-nord-est vous aurez la surprise de découvrir une brillante étoile du matin faisant concurrence à Vénus du soir. Il s’agit de JUPITER dont une faste période d’observation commence. En dessous se situe MARS, reconnaissable à sa couleur rougeâtre et enfin MERCURE que son éclat permet de repérer malgré sa faible distance angulaire au Soleil. Mais il faudra disposer d’un horizon est-nord-est dégagé pour repérer facilement les trois planètes, Mercure devenant d’ailleurs invisible après la mi-août. Le matin du JEUDI 1er AOÛT le croissant de Lune surplombe le Taureau puis descend sur l’horizon les matins du SAMEDI 3 AU LUNDI 5 en croisant successivement Jupiter, Mars puis Mercure. Le VENDREDI 9 les trois planètes sont alignées et matérialisent ainsi l’écliptique, qui est bien plus relevé sur l’horizon que le soir. Le SAMEDI 30 un magnifique croissant orné de sa lumière cendrée reviendra visiter Jupiter.

La surprise du matin, c’est que Jupiter et Mars sont dans la constellation des GÉMEAUX, encadrant Castor et Pollux et qu’en fin de nuit nous sommes en train de voir se pointer les constellations d’hiver ! Sur la droite des Gémeaux resplendit ORION, la constellation emblématique d’hiver. Sous les Gémeaux brille fortement l’étoile isolée que l’on ne reconnaît jamais (!), PROCYON. Et enfin, puisque c’est elle qui conduit le cortège des étoiles d’hiver, CAPELLA (la Chèvre) est bien haute sur l’horizon nord-est et reconnaissable au triangle des "Trois Chevreaux" qui la jouxte. Le TAUREAU est aussi dans le ciel et le DERNIER QUARTIER de Lune se glisse entre les HYADES et les PLÉIADES le MERCREDI 28. Avec l’arrivée des étoiles d’hiver nous expérimentons la ronde de la Terre autour du Soleil. En début de mois dans le Cancer, celui-ci va passer du Lion à la Vierge (en septembre) et s’éloigne donc progressivement des constellations du Taureau et des Gémeaux, lesquelles deviennent donc de mieux en mieux visibles la nuit. (Vous connaissez mieux que moi l’ordre des signes du zodiaque : Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, Capricorne, Verseau, Poissons.)

LE CHIFFRE DU MOIS : 1924. C’est le 23 novembre 1924, il y a donc moins de cent ans,  que paraît dans le New York Times un article annonçant que Hubble a prouvé grâce à ses mesures que les nébuleuses spirales sont en réalité des objets extérieurs à notre propre Voie lactée. L’humanité apprend que l’Univers est constitué d’une multitude de galaxies séparées les unes des autres par des millions d’années de lumière. Mais a-t-elle intégré cette réalité par ailleurs définitivement inconcevable ?

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

AOÛT 2013 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs : Vénus, l’Étoile du Berger, se la joue impériale à l’ouest, bas sur l’horizon ; Saturne à observer en début de nuit avant sa plongée dans les couches inférieures de l’atmosphère
Tous les matins : Jupiter magnifique étoile du matin dans les Gémeaux, à ne pas confondre avec Vénus ; le lever des constellations d’hiver derrière Capella
Jeudi 1er : le croissant lunaire du matin se promène entre les Hyades et les Pléiades
Du samedi 3 au lundi 5 : le croissant lunaire du matin descend de Jupiter à Mars et à Mercure
Mardi 6 : Nouvelle Lune et nuits noires autour de cette date (en profiter pour observer la Voie lactée)
Vendredi 9 au matin : Jupiter, Mars et Mercure alignées à l’est-nord-est
Vendredi 9 et samedi 10 au soir : un très fin croissant pour Vénus (difficile le 9)
Du vendredi 9 au lundi 12 : le croissant lunaire du soir
Nuit du lundi 12 au mardi 13 : les Perséides rayent le ciel
Lundi 12 et mardi 13 : la Lune passe de Spica à Saturne
Mercredi 14 : Vénus juste à côté de l’étoile Zavijava de la Vierge à l’ouest (jumelles)
Jeudi 15 : la Lune au-dessus d’Antarès
Mercredi 21 : Pleine Lune, au lever toujours spectaculaire
Samedi 24 : à l’aube on pourra admirer dans un petit instrument le curieux alignement et regroupement serré de trois des satellites de Jupiter
Après le vendredi 30 : le croissant lunaire du matin
Samedi 31 : la Lune rend visite à Jupiter dans les Gémeaux



   

Mes sources d'information