Page d'accueil du site
de Christian Magnan

Le ciel du mois (par Christian Magnan)

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


 

Le ciel de septembre 2006

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août |

galaxie d'Andromède
La galaxie d'Andromède

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Les nuits se font plus longues, vous l'avez remarqué, alors à nos étoiles !

LA GALAXIE D'ANDROMÈDE

Il y a moins d'un siècle, en 1920, l'humanité ne savait ni de quoi l'Univers était composé ni quelles en étaient les limites. C'est en 1923, grâce à la mesure par Hubble de la distance d'un objet nébuleux de la constellation d'Andromède, petite tache dans le ciel connue depuis l'antiquité, que l'on apprit que l'Univers était constitué de milliards de galaxies semblables à la nôtre ( "la nôtre" étant cet immense disque d'étoiles qui, vu de l'intérieur par la tranche, forme la Voie Lactée). En effet cet objet se révéla situé à deux ou trois millions d'années de lumière, au-delà des limites de notre Voie Lactée (sa distance n'est encore connue qu'à 25% près). La "nébuleuse d'Andromède" mérite depuis le nom de "galaxie d'Andromède".

Or malgré sa distance assez fabuleuse selon des standards terrestres cet objet est visible à l'oeil nu, et il est particulièrement bien placé dans le ciel en automne. Comment repérer notre galaxie voisine? D'abord il est vrai qu'il est bon de disposer d'une nuit noire et d'un ciel dégagé. Si vous voyez la Voie Lactée, vous pourrez voir la galaxie d'Andromède. Et comme d'habitude sourire des jumelles faciliteront grandement l'observation. Puis habituez-vous à l'obscurité (voir plus loin pourquoi).

Partons du W de Cassiopée, si facile à reconnaître vers le nord-est. En dessous de ce W s'alignent grossièrement quatre étoiles brillantes gentiment équidistantes. Les trois de droite appartiennent à la constellation d'Andromède, la plus à droite constituant le sommet du grand carré de Pégase, figure céleste bien repérable. Il faut partir de l'étoile située avant ce sommet, appelée Mirach. Allez alors "vers le haut", perpendiculairement à l'alignement de départ, pour tomber sur une étoile moins brillante. Encore un cran vers le haut, à peine sur la droite, se trouve une étoile encore plus faible. Juste à côté, miracle : la petite tache diffuse de la galaxie d'Andromède est là sous vos yeux. Voici la carte de la région :

carte andromède andromède


Si la vision n'est pas absolument spectaculaire à l'oeil nu, ni dans de petites jumelles, attention tout de même au vertige métaphysique. Si vous envoyez maintenant un signal lumineux, les habitantes de la Galaxie d'Andromède ne le recevront que dans quelque trois millions d'années. En ce moment, elle contemplent les premiers pas de Lucy et le passage du quatre pattes au deux pattes, et s'inquiètent (à juste titre) de la suite du film.

Une petite astuce : vous avez peut-être déjà remarqué que l'on voit plus facilement des objets faibles lorsque l'oeil ne vise pas directement vers l'objet mais légèrement de côté. L'effet est bien réel. Cette façon de regarder de travers, si on peut dire, est utilisée par les astronomes amateurs, qui parlent de "vision décalée". Ce phénomène est dû au fait qu'en lumière faible ce sont surtout les "bâtonnets" de la rétine qui détectent le signal, et que ces cellules sont plutôt situées à la périphérie. Attention : l'utilisation des bâtonnets par l'oeil demande un temps d'adaptation à l'éclairage de l'ordre du quart d'heure.

N'oubliez pas ! Pour vous répérer, vous pouvez toujours consulter les cartes du ciel de Guillaume Cannat
http://www.leguideduciel.net/ephemerides/cartesduciel.php

LES PLANÈTES DU MOIS

Mais revenons sans ménagement quelques dizaines de milliards de fois plus près (à une heure de lumière au lieu de deux ou trois millions d'années) pour retrouver les planètes du système solaire.

Ce mois de septembre 2006 marque le retour dans le ciel du matin de la planète SATURNE. Il faut la voir monter dans le ciel jour après jour. En début de mois elle se lève près de deux heures avant le Soleil et en fin de mois elle le devance de quatre heures. La planète aux anneaux reçoit la visite d'un splendide croissant de Lune encerclant la fantomatique lumière cendrée le MATIN DU MARDI 19 SEPTEMBRE. Un spectacle à contempler 3/4 d'heure avant le lever du Soleil (soit vers 6h45 à Montpellier) vers l'est.
Les matins suivants le croissant continue à descendre vers le Soleil et jouxte REGULUS (vous savez, l'étoile principale du Lion) le MERCREDI 20 SEPTEMBRE puis la planète VÉNUS le JEUDI 21 SEPTEMBRE.

VÉNUS, justement, se fait elle de plus en plus basse sur l'horizon est-nord-est de matin en matin. Mais si votre vue est libre dans la direction est-nord-est, la planète se laisse repérer facilement grâce à son éclat et mérite notre admiration ! Le MATIN DU MERCREDI 6 SEPTEMBRE elle passera tout près de REGULUS cité ci-dessus. Cependant elle plonge vers la direction du Soleil et entrera dans le champ du coronographe LASCO C3 du SATELLITE SOHO le 26 septembre
http://soho.nascom.nasa.gov/data/realtime/c3/512/
pour n'en ressortir que le 1er décembre.

Si vous venez de vous connecter début septembre sur le site SOHO indiqué, l'image montre un point extrêmement brillant: il s'agit de la planète MERCURE qui passera "derrière" le Soleil le 1er septembre. Sortant du champ de SOHO le 10 septembre elle ne redeviendra visible dans le ciel du soir, à l'ouest après le coucher du Soleil, que vers la mi-septembre mais ne se révélera qu'aux plus aguerri-e-s, la détection nécessitant jumelles, ciel pur et détermination.

La période favorable à l'observation de JUPITER s'achève ce mois-ci, la planète se rapprochant de plus en plus de l'horizon sud. Mais elle demeure aisément repérable par son éclat si immeuble ou végétation ne la cachent pas sourire
Notons son passage à proximité d'une étoile brillante (et double) de la Balance (une constellation autrement assez peu remarquable siutée entre la Vierge et le Scorpion) les LUNDI 11 ET MARDI 12 SEPTEMBRE. A vos jumelles pour une très jolie composition (vers 9-10h du soir à Montpellier). Pour exciter votre envie, je vous donne le nom de la belle : Zuben Elgenubi (qui signifierait "la pince sud du Scorpion") selon la référence suivante
http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=7290

LES CONSTELLATIONS D'HIVER continuent d'arriver dans le ciel du matin. C'est un bonheur que de redécouvrir la splendeur d'ORION, des PLÉIADES, du TAUREAU avant que le ciel s'éclaire pour de bon. A admirer tout particulièrement LE MATIN DU DIMANCHE 17 SEPTEMBRE (vers 6 heures à  Montpellier), au-dessus de l'horizon est, l'alignement des étoiles CASTOR ET POLLUX (les Gémeaux) avec le croissant lunaire, le tout composant une sorte de flèche verticale. (Plus bas brillent Saturne, Regulus et plus tard Vénus).

Une dernière curiosité plutôt amusante: le JEUDI 7 SEPTEMBRE observez attentivement le lever de la pleine Lune (à 20h10 à Montpellier). Selon la région où vous vous trouvez, le disque lunaire sera déjà amputé d'une partie de sa surface car la Lune subira en fait à ce moment une ÉCLIPSE PARTIELLE, le disque lunaire glissant dans l'ombre de la Terre. Le phénomène est de très courte durée et l'échancrure sera peu marquée. Ceux et celles qui se trouvent dans l'est de la France verront la Lune intacte au lever puis progressivement entamée. Inattendu: non? Maximum du phénomène à 20h51:
http://perso.orange.fr/pgj/lune070906.htm

LE 23 SEPTEMBRE à 6h03 se situe l'équinoxe de septembre, qui marque le début de l'automne dans l'hémisphère nord. Cette date ne dépend pas d'un choix arbitraire ou politique sourire Les cieux commandent. Ce jour-là le Soleil se lève exactement (enfin, ici-bas rien n'est "exact": la perfection n'est pas de ce monde!) à l'est et se couche à l'ouest. Le jour a une durée égale à celle de la nuit, partout sur Terre. C'est aussi la période des grandes marées... les coefficients de marée étant d'ailleurs d'autant plus fort ce 23 septembre que la Lune sera à neuf heures de son périgée (le point de son orbite le plus proche de la Terre). Tout étant relatif, peut-être à Montpellier verrons-nous la Méditerranée monter et descendre plus que de coutume sourire

Bonnes nuits sous les étoiles!
Christian

PS1: au chapitre "quelle est cette étoile ?", le mardi 29 août (je dis bien août!) c'est Jupiter qui se trouvera juste au-dessus d'un beau croissant de Lune, au sud, une heure après le coucher du Soleil