Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


 

Le ciel de septembre 2008

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août

eclipse totale de Soleil
Éclipse totale de Soleil
du 1er août 2008

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

"Bientôt ce sera l'automne" comme dit la chanson
http://www.paroles.net/chanson/10847.1
les nuits se font plus longues et les étoiles nous attendent (façon de parler   )
Le lundi 22 septembre 2008 aura lieu l'ÉQUINOXE DE SEPTEMBRE, qui correspond au passage à l'automne dans l'hémisphère nord. Ce jour-là la durée de la nuit est égale à celle du jour partout sur Terre (si on fait abstraction des phénomènes de réfraction atmosphérique). Bien entendu cette date n'est pas fixée arbitrairement. Elle correspond au moment où le plan perpendiculaire à la direction du Soleil (celui contenant le terminateur, c'est-à-dire l'ensemble des points où l'on voit à un instant donné le soleil se lever ou se coucher) contient l'axe de rotation de la Terre (l'aiguille à tricoter qui traverse le globe terrestre du pôle nord au pôle sud). La direction du Soleil étant ce jour-là perpendiculaire à la direction nord en tout point de la ligne nuit-jour, l'astre du jour est donc plein est à son lever et plein ouest à son coucher. Ceux qui aiment les petits dessins pour mieux comprendre peuvent consulter l'image suivante :
équinoxe   cliquer sur l'image pour l'agrandir

LA GALAXIE D'ANDROMÈDE

Oyez ! Il y a moins de cent ans l'humanité ne savait pas de quoi l'Univers était constitué ni quelles étaient ses limites. Ce n'est que vers 1925 que les astronomes, dont le fameux Edwin Hubble, découvrirent qu'une nébulosité visible à l'œil nu, la nébuleuse d'Andromède, était extérieure à notre Voie Lactée et représentait une galaxie semblable à la nôtre, c'est-à-dire une sorte d'île constituée de milliards d'étoiles. Nous savons maintenant que notre Univers ne se limite pas à notre propre Galaxie mais que sa partie visible (représentant sans doute une fraction substantielle du total) contient quelques milliers de milliards de tels univers-îles ayant souvent l'aspect d'un disque en rotation avec des bras spiraux.

Le mois de septembre est propice à la découverte de cet objet d'importance cosmologique car notre galaxie d'Andromède est déjà haut dans le ciel en début de nuit (mais pas trop non plus, ce qui permet d'éviter des torticolis). Ne vous attendez pas à un objet brillant et aidez-vous de jumelles pour découvrir la petite tache nébuleuse. Dans un ciel bien noir la galaxie est visible à l'œil nu, quand on sait où regarder, et quand on laisse aux yeux le temps de s'adapter à l'obscurité (le passage au mode de vision nocturne exige une dizaine de minutes). Une astuce consiste à utiliser la vision dite "décalée", qui revient à regarder un peu à côté de l'objet visé. Ce geste permet de former l'image de cet objet sur la région périphérique de la rétine qui contient les bâtonnets, plus sensibles à la faible lumière.

Partons du W de Cassiopée, si facile à repérer au-dessus de l'horizon nord-est. En dessous quatre étoiles assez brillantes gentiment équidistantes et comparables en éclat dessinent un arc de cercle très ouvert. Les trois étoiles de droite appartiennent à la constellation d'Andromède, la plus à droite représentant un sommet du grand carré de Pégase, figure céleste elle aussi remarquable. Il faut partir de l'étoile située avant ce sommet, appelée Mirach. En allant alors vers le haut, perpendiculairement à l'arc de départ, on tombe sur une étoile moins brillante. Encore un cran vers le haut, à peine sur la droite, se trouve une étoile encore plus faible. Juste à côté, miracle: la petite tache diffuse de la galaxie d'Andromède est là sous vos yeux.
Pour mieux vous y retrouver voici une carte de cette région du ciel :

È pericoloso sporgersi. Attention au vertige métaphysique. Notre galaxie voisine est située à la bagatelle d'environ trois millions d'années de lumière, une distance impossible à imaginer (donc pas la peine de se casser la tête à essayer) et d'ailleurs mal connue (incroyable : elle n'est donnée qu'à 25% près, ce qui conduit quelques mécréants à douter des estimations de distance concernant des galaxies lointaines situées à des milliards d'années de lumière et à remettre en question les certitudes officielles sur la structure de l'Univers, mais c'est mal vu). La lumière met donc deux ou trois millions d'années pour aller de notre Galaxie à notre voisine. Les habitantes d'Andromède contemplent en ce moment ces espèces animales terrestres s'entêtant à marcher sur deux pattes alors qu'elles étaient faites pour quatre et se demandent avec inquiétude, on les comprend, comment cette histoire va tourner. Inversement la lumière que nous voyons dans nos jumelles est partie d'Andromède il y a des millions d'années. Cela fait quelque cinq millions d'années entre l'envoi d'une demande et la réception de la réponse. C'est ainsi. La nature ne nous demande aucun commentaire

Enfin, la plus à gauche des quatre étoiles qui nous ont servi de repère tombe dans la constellation de Persée, très riche en étoiles car située dans la Voie Lactée et contenant un double amas, magnifique dans un petit instrument. Vous pouvez l'apercevoir (toujours aux jumelles) en montant vers le W de Cassiopée. Encore un petit trésor à mettre dans votre escarcelle. Voici une image de ce double amas prise par des astronomes amateurs:
double amas de Persée

LA RONDE DE LA LUNE

Comme chaque mois la Lune fait un tour complet de ciel, le long de l'écliptique, et passe donc visiter les astres de cette zone particulière. Quelques nuits sont à noter.

Le MARDI 9 SEPTEMBRE 2008 vous pourrez dire à ceux qui vous interrogent que cette étoile brillant au-dessus d'une Lune déjà grosse est en fait une planète: la géante JUPITER, qui continue à dominer le ciel de son éclat dès la nuit tombée. Il est encore temps de se régaler du spectacle prodigieux de ses quatre satellites, à la fois toujours recommencé et toujours renouvelé, c'est pas fort ça? Utilisez des jumelles fixées sur un trépied ou débrouillez-vous pour trouver un petit instrument. Toujours parce que la planète reine le vaut bien.

La nuit du VENDREDI 19 au SAMEDI 20 SEPTEMBRE se produit une OCCULTATION DE L'AMAS DES PLÉIADES par notre satellite. À partir de 4 heures du matin (oui, je sais... mais je vous répondrai que c'est samedi) le globe lunaire dans sa phase gibbeuse décroissante va passer devant certaines des étoiles de notre amas fétiche de l'hiver. C'est un spectacle magnifique de voir les petits points lumineux disparaître derrière le disque lunaire, ou réapparaître brusquement. La luminosité éblouissante de la Lune interdit de voir le phénomène à l'œil nu de sorte qu'il vous faut impérativement un petit instrument (jumelles fixées sur un trépied ou instrument avec un grossissement d'une trentaine de fois) pour jouir de la scène.

Un cadeau vous récompensera d'être debout si tôt : je trouve magique de retrouver le matin les CONSTELLATIONS D'HIVER, qui vont se lever de plus en plus tôt au fur et à mesure que les mois passent. Les Pléiades appartiennent à la constellation du Taureau, dont le V se remarque en dessous, formé de la rouge ALDÉBARAN et d'étoiles de l'AMAS DES HYADES (profitez de vos jumelles pour pointer cet ensemble somptueux). Miracle plus bas : c'est l'immense rectangle d'ORION qui se lève fièrement (toujours façon de parler), avec en son centre le baudrier formé de trois étoiles alignées caractéristiques. Bref, ce samedi (mais tous les autres matins aussi), une bien belle région du ciel est sous nos yeux.

Les croissants de Lune sont toujours merveilleux à observer, avec leur lumière cendrée qui aide à voir le globe dans sa profondeur. Il faut noter qu'en cette saison les croissants du matin sont bien plus jolis que ceux du soir. En effet ils sont plus hauts dans le ciel, arborent une forme de sourire soutenant la féerique lumière cendrée alors que le soir il dessinent une parenthèse (fermante) qui a du mal à décoller de l'horizon avec une lumière cendrée plus terne. Les croissants du soir ce sera du 2 au 5 SEPTEMBRE, et ceux du matin, du 25 au 28 SEPTEMBRE.

Je signale enfin qu'après une période creuse les passages de la STATION SPATIALE INTERNATIONALE reprennent sur l'Europe. Il faut reconnaître que cette étoile, même artificielle, a les façons qu'il faut pour nous enjôler, dans sa traversée majestueuse et silencieuse du ciel. Consultez les horaires sur le fameux site
http://www.heavens-above.com/
en indiquant votre lieu d'observation.
Les passages se produisent le matin dans la première quinzaine du mois, puis le soir dans la seconde. Je vous rappelle que plus la magnitude indiquée (dans la deuxième colonne) est petite, algébriquement parlant, plus l'objet est brillant. Ainsi les magnitudes négatives correspondent à des passages bien lumineux, une magnitude de -2,5 indiquant par exemple un éclat record (le satellite passe alors haut dans le ciel).

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

   

Mes sources d'information