Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


 

Le ciel d'octobre 2008

Archives :
Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre

Terre et Lune
Terre et Lune vues à 50 millions de kilomètres

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

À nous les petites étoiles : au programme de bonnes nouvelles des planètes et des nuits toujours plus longues pour profiter des spectacles célestes.

VÉNUS et MERCURE

La bonne nouvelle c'est qu'en soirée VÉNUS va enfin décoller de l'horizon auprès duquel les impératifs géométriques des mouvements planétaires la maintenaient depuis de longues semaines. Vous savez bien que planètes, Lune et Soleil se déplacent au voisinage de la ligne imaginaire de l'écliptique (le nom indiquant que là se produisent les éclipses), laquelle représente la trace sur le ciel de l'immense disque dans lequel gravitent les corps du système solaire. En été la hauteur de l'écliptique au-dessus de l'horizon reste faible la nuit, comme le montre par exemple la position de la planète Jupiter, proche des zones basses de la voûte céleste. Mais à partir de ce mois d'octobre l'angle que fait l'écliptique avec l'horizon ouest augmente de soir en soir, ce qui va avoir pour effet de relever dans le ciel la planète Vénus, qui de difficilement observable va redevenir la fameuse "étoile du soir" si remarquable au crépuscule.

Concrètement observez notre planète sœur le soir, une quarantaine de minutes après le coucher du Soleil (ce qui nous met vers 20 heures en début de mois à Montpellier) vers un horizon ouest dégagé (j'indique à nouveau pour les personnes habitant au nord de Montpellier le parking du terrain de rugby jouxtant l'UCPA, qui offre facilité d'accès et vue assez dégagée). En particulier le soir du JEUDI 2 OCTOBRE 2008 ne manquez pas le fin CROISSANT DE LUNE qui accompagnera notre planète. Puis il nous restera à observer comment Vénus va grimper dans le ciel tout au long du mois, et également augmenter d'éclat de façon significative (pour atteindre la magnitude -4 le 31 octobre). Les possesseurs de petits instruments pourront se faire le plaisir d'observer la phase gibbeuse de la planète. Enfin sachez que ce mois d'octobre n'est que le début d'une période exceptionnelle d'observation de la plus radieuse des planètes. Dans les mois à venir, vous allez voir ce que vous allez voir!

MERCURE, qui était visible le soir à l'ouest (à l'aide de jumelles) passe devant le Soleil le 6 et sera visible du 3 au 11 dans le champ du coronographe LASCO C3 de la sonde SOHO
http://soho.nascom.nasa.gov/data/realtime/c3/512/
Dès le 12 du mois la planète "rôtie" par le Soleil (à cause de la proximité!) commencera sa plus belle période d'observation dans le ciel du matin pour l'année 2008 . Vous la trouverez le matin, une heure avant le lever du Soleil (ce qui nous met vers 7h à Montpellier à la mi-octobre), au-dessus d'un horizon est-sud-est dégagé. Aidez-vous de jumelles, ce qui permettra de percer quelque brume possible. La vision de cette perle dans un ciel déjà teinté des couleurs du levant ne cesse de me fasciner. Le clou du spectacle est pour le matin du LUNDI 27 OCTOBRE, lorsqu'un très fin croissant de Lune (42 heures avant la Nouvelle Lune) accompagnera la planète connue de ses seuls amoureux. Là encore des jumelles révèleront au sein du croissant lunaire la mystérieuse lumière cendrée, autrement plus difficile à percevoir.

Au chapitre des rendez-vous lunaires, tâchez de ne pas oublier le matin du SAMEDI 25 OCTOBRE, deux heures avant le lever du Soleil (donc vers 6h), quand un superbe croissant lunaire enluminé de sa lumière cendrée côtoiera la planète SATURNE à environ 5°. Vous reconnaîtrez au-dessus de la Lune la constellation du Lion avec Denebola sur la gauche et Régulus plus haut presque à la verticale. Le lendemain matin, après le ##@\^## changement d'heure (faites attention aux accidents possibles en remettant les pendules à l'heure, si l'on peut dire), la Lune se sera déplacée dans la constellation de la Vierge.

CONSTELLATIONS

Le mois d'octobre est vraiment le mois de transition par excellence entre les étoiles d'été et celles d'hiver. Tournez-vous vers le nord en première partie de nuit et vous verrez le triangle d'été

s'abaisser sur l'horizon ouest tandis que la brillante CAPELLA de la constellation du COCHER (Auriga en latin)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cocher_(Constellation)
au-dessus de l'horizon nord-est tire derrière elle les étoiles d'hiver.

Nous redécouvrons avec plaisir à l'est le merveilleux petit amas des PLÉIADES, de la constellation du TAUREAU, dont les étoiles les plus brillantes sont constituées de l'amas des HYADES, dessinant un "V" couché. La brillante ALDÉBARAN ne ferait pas partie formellement de l'amas, mais en tous cas elle le décore magnifiquement. Aux jumelles ces deux amas sont vraiment somptueux. Il est clair que l'amas des Hyades a une plus grande dimension angulaire que celui des Pléiades et on peut imaginer de ce fait qu'il est plus près de nous. Gagné! L'amas des Hyades serait à environ 130 années de lumière
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hyades_(astronomie)
tandis que celui des Pléiades seraient à peut-être 440 années de lumière. (Ces distances ne sont connues qu'à 10% près.)

Les amas stellaires ont un intérêt astrophysique majeur car leur étude permet d'établir une chronologie de l'évolution des étoiles. En effet, si on suppose (raisonnablement) que toutes les étoiles d'un amas donné sont nées simultanément, les différences dans le degré d'évolution constatées à l'instant où on les observe traduisent des différences de masse, les étoiles plus massives vieillissant plus vite. La proportion d'étoiles vieilles permet alors de fournir l'âge de l'amas. L'âge estimé des Pléiades tourne autour de 100 millions d'années tandis que celui des Hyades serait cinq ou six fois plus élevé (là encore les chiffres sont approximatifs).

À propos d'amas, j'ai indiqué le mois dernier l'existence dans cette région du ciel du double amas de Persée (à voir avec des jumelles). Les deux amas sont encore plus lointains (cela se voit !), à plus de 7000 années de lumière et beaucoup plus jeunes (cela se voit aussi car leurs étoiles sont bien plus regroupées), avec une dizaine de millions d'années d'âge. Rappelons que notre Soleil, de son côté, est vieux d'environ cinq milliards d'années. En somme, quand nous regardons le ciel, nous faisons une drôle de virée dans le temps, bien que ce temps n'ait aucun rapport avec celui qui mesure l'âge de l'espèce humaine.

Terminons par des constellations que l'on ne voit pas (!) ou difficilement, le commentaire pouvant servir à répondre à des questions que vous pourriez vous poser. D'abord, ne cherchez pas trop la fameuse Grande Ourse en cette saison en début de nuit car elle est bien basse sur l'horizon nord. Au contraire en avril, à six mois de distance, elle culmine au zénith.

L'autre région du ciel rare en étoiles brillantes ce mois-ci, toujours en première partie de nuit, est le sud. Là se trouvent les constellations du Capricorne et du Verseau (qui vous intéressent peut-être?), mais si vous voulez les repérer il faudra vous aider d'une carte, par exemple à cette adresse
http://www.leguideduciel.com/ephemerides/cartesduciel.php
car elles contiennent des étoiles d'éclat assez faible.
Une étoile brillante sort du lot, c'est FOMALHAUT, avec une magnitude de 1,3. On la trouve plein sud, à une douzaine de degrés au-dessus de l'horizon et j'adore en particulier sa couleur blanche teintée de bleu. C'est l'étoile principale de la constellation du Poisson Austral, assez remarquable à mon sens dans son splendide isolement. Voir
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fomalhaut

Enfin voici encore une non-observation : la navette spatiale Atlantis devait partir à la mi-octobre pour effectuer une mission de réparation du fameux télescope spatial Hubble, qui nous fournit tant de photos magnifiques.

Or à l'heure où j'écris cette rubrique on apprend que le télescope présente une grave anomalie dans le stockage et la transmission des données, cette panne exigeant de reporter à une date ultérieure la mission de réparation prévue.
Mais en matière de satellites artificiels vous pouvez profiter de quelques très beaux passages de la station spatiale internationale en début de soirée et en début de mois. Les horaires sont toujours sur
http://www.heavens-above.com/

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian


   

Mes sources d'information