Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


 

Le ciel de novembre 2010

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre

debris de comète
Débris de comète
fonçant vers Jupiter

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

Vénus et Saturne reviennent timidement dans le ciel du matin mais Jupiter continue à régner sans partage au firmament.

La planète Jupiter étincelle dès la nuit tombée au sud-est et les conditions restent optimales pour l'observer. Je vous engage toujours vivement à le faire, en exhibant un petit instrument oublié dans un placard, ou en vous tournant vers un amateur, ou en contactant un club d'astronomie, que sais-je? Avec la Lune la planète Jupiter est le premier objet à pointer pour commencer à découvrir le ciel avec un instrument. D'ailleurs il est bon de se rappeler que c'est l'observation de Jupiter et de ses quatre satellites par Galilée en 1610 (l'année de la création des Vêpres de la Vierge de Claudio Monteverdi) qui a déclenché la révolution scientifique post-copernicienne. A partir de là l'humanité découvrira l'insignifiance (selon moi à jamais inexplicable) de notre place dans l'Univers, bien au-delà des affirmations dogmatiques trompeuses des religions et philosophies diverses. L'élément déterminant fut de découvrir que la planète était entourée de quatre satellites tournant autour, ce qui fournissait à Galilée la preuve que la Terre pouvait très bien tourner autour du Soleil tout en restant accompagnée de sa Lune (alors que ses détracteurs lui opposaient que si la Terre tournait autour du Soleil la Lune resterait à la traîne).

Comme une planète honnête Jupiter ne brille pas par elle-même: elle ne fait que réfléchir la lumière du Soleil. Si elle est tellement lumineuse c'est parce que sa surface est grande. C'est la planète la plus grosse du système solaire. Elle fait partie avec Saturne, Uranus et Neptune du groupe des "planètes géantes". Le rayon de Jupiter est une dizaine de fois plus grand que celui de la Terre, ce qui lui confère une surface cent fois plus grande et un volume mille fois plus élevé. Jupiter, comme les autres géantes, est un objet essentiellement gazeux, composé d'hydrogène et d'hélium en profondeur et d'une atmosphère très perturbée, agitée de vents violents, dans laquelle se mêlent d'autres constituants chimiques comme le méthane et l'ammoniac.

Comme elle est la plus massive des planètes sa gravitation sur les objets passant à proximité est la plus forte et elle est particulièrement exposée au hasard des impacts d'astéroïdes ou comètes. Ainsi en juillet 1994 la communauté astronomique a assisté en direct à la chute spectaculaire d'une vingtaine de débris de la comète Shoemaker-Levy provoquant dans l'atmosphère jovienne des explosions gigantesques. Le phénomène s'est reproduit plus modestement en juillet 2009 avec l'impact d'un astéroïde et la formation d'une tache sur le disque planétaire, phénomène observé par hasard par un astronome amateur. Si Jupiter prend les coups pour elle, on peut faire l'hypothèse motivée que la Terre a échappé à des impacts qui auraient pu lui être fatals et surtout dangereux pour une vie qui venait d'apparaître. Notre existence tient à peu de choses mais il n'est pas certain que l'assurance jovienne couvre toutes les dommages.

Enfin au chapitre des scoops relatifs à Jupiter, il est étonnant d'apprendre que l'une des bandes nuageuses parallèles à son équateur, caractéristiques de la planète, a disparu sans crier gare. C'est le signe que son atmosphère est le siège de mouvements de grande ampleur et de phénomènes largement imprévisibles à terme.

Puisque nous parlions de collision entre cailloux interplanétaires et atmosphères de planètes, notons pour ce mois de novembre 2010 deux occasions d'observer des étoiles filantes (avec toutefois une chance de succès relative). Pour les nuits du MARDI 2 et MERCREDI 3 NOVEMBRE un astronome de la NASA attire notre attention sur la possibilité d'étoiles filantes créées par des débris de la comète Hartley 2, actuellement de passage au voisinage de la Terre et du Soleil (et qui va être survolée par une sonde spatiale à 700 kilomètres de distance le jeudi 4 novembre). Le radiant de cet essaim, s'il se manifeste, se situerait dans la constellation du Cygne (cette grande croix dont l'étoile principale Deneb constitue l'un des sommets du triangle d'été), vers l'ouest puis le nord-ouest. A tenter si la météo fait preuve de clémence. La deuxième date est le rendez-vous annuel des LÉONIDES, le maximum étant prévu dans la nuit du MERCREDI 17 . Il vaut mieux attendre la deuxième partie de nuit, vers 3h30, lorsque la Lune gibbeuse croissante (la Pleine Lune est pour le dimanche 21) aura quitté le ciel. Même si aucune pluie abondante de filantes n'est annoncée une bonne surprise est toujours possible et de toutes façons vous pouvez êtes quasiment certain de voir quelques belles traces lumineuses.

J'en suis désolé pour les rétifs au lève-tôt (et le funeste changement d'heure ne va pas arranger les choses puisque du jour au lendemain le Soleil va se lever une heure plus tôt alors que l'heure d'aller au boulot ne changera pas!) mais le retour de VÉNUS et de Saturne dans le ciel se fait le matin. Après son passage devant le Soleil (elle était en conjonction inférieure le 29 octobre) notre déesse de l'Amour va passer d'étoile du soir à étoile du matin. Elle précèdera le Soleil de plus de deux heures en fin de mois. Dès les premiers jours du mois vous pouvez tenter de la repérer aux jumelles et notamment le MATIN du VENDREDI 5 NOVEMBRE lors de sa conjonction magnifique avec un mince croissant de Lune. Le spectacle devrait être vraiment superbe. Les deux astres se présenteront sous forme d'un très mince croissant, la Lune plongeant vers le Soleil seulement 23 heures avant la Nouvelle Lune et Vénus s'en éloignant au contraire peu à peu. Si vous disposez d'un petit instrument c'est le moment de pointer Vénus: le spectacle de son croissant qui va s'épaissir de jour en jour est somptueux. Personnellement j'en raffole ;) Le 15 novembre le Soleil se lève à 7h40 et par conséquent on peut commencer l'observation vers 6h30, alors que Vénus est à presque 10 degrés au-dessus de l'horizon. A noter encore un rapprochement merveilleux entre VÉNUS et SPICA l'étoile principale de la Vierge, le matin du JEUDI 18 NOVEMBRE à contempler une heure et demie avant le lever du Soleil (ce qui nous met vers 6h1/4 à Montpellier). D'ailleurs nous pourrons admirer ce voisinage plus ou moins prononcé de Vénus et Spica pendant tout le mois.

La planète SATURNE fait elle aussi son retour dans le ciel. Elle se situe un peu plus haut que Vénus et se lève déjà deux heures avant le lever du Soleil en début de mois. Vous la trouverez sur l'horizon est-sud-est et pourrez goûter la proximité de l'étoile Porrima de la Vierge: un joli duo. Si vous disposez d'un instrument vous pouvez recommencer à observer la planète aux anneaux, toujours spectaculaire. Un coup d'œil aux anneaux avant de passer au croissant de Vénus est un bon plan dans l'air frais du matin ;) Sinon ces astres sont bien visibles à l'œil nu (mais pas les anneaux ni le croissant bien entendu) et de simples jumelles magnifient la vision des choses.

Toujours tourné-e-s vers l'est juste avant que l'aube pointe admirons le MARDI 30 NOVEMBRE le rassemblement de ces astres auxquels se joint une Lune en forme de coupe, laquelle va traverser ce champ céleste les jours suivants, début décembre. Vénus et Spica, Saturne et Porrima, la Lune: un beau tableau.

Les étoiles d'hiver reviennent en force, hissées au-dessus de l'horizon est par les PLÉIADES surplombant les HYADES (ce bel amas en forme de V qui dessine la constellation du Taureau et au milieu duquel brille la rouge ALDÉBARAN). Vous remarquez aussi vers le sud-est ces trois étoiles alignées à la verticale (en début de nuit), d'éclat comparables, et nombre d'entre vous savent bien qu'il s'agit du ceinturon (ou baudrier) du chasseur mythique ORION. Le cadre de cette constellation d'Orion est formé d'un immense quadrilatère (encore penché sur l'horizon en cette saison) marqué par quatre étoiles brillantes. L'étoile la plus brillante est située en haut à gauche de la figure: il s'agit de BÉTELGEUSE, un astre de dimension si colossale que si on la plaçait an centre du système solaire ses couches extérieures viendraient lécher la planète Jupiter (c'est l'une des plus grosses étoiles connues). Bételgeuse est une "supergéante rouge", sa couleur reflétant une température de surface relativement faible (pour une étoile). Selon la théorie, nous assistons en ce moment à la phase finale de son évolution. Une telle étoile ne dure pas longtemps car, très dépensière, elle consomme vite tous les éléments dont elle tire son énergie. Elle n'a sans doute qu'une dizaine de millions d'années d'âge (à comparer aux cinq milliardsdu Soleil) et d'un jour à l'autre (dans un millier d'années?) elle s'effondrera sur elle-même provoquant par contrecoup une explosion titanesque libérant une énergie incroyable, des dizaines de milliards de fois plus grande que celle du Soleil. C'est ce que l'on appelle le phénomène de SUPERNOVA. Lorsque Bételgeuse explosera sa luminosité sera si énorme qu'elle brillera sur Terre autant que la Lune, devenant visible en plein jour et portant des ombres durant la nuit. La nature ne joue jamais la modération dans sa façon de faire. Ajoutons que c'est la seule méthode qu'elle a trouvée pour fabriquer les éléments plus lourds que le fer (comme le zinc, le cobalt, l'argent, l'or, etc.): prendre une étoile de forte masse et la faire exploser pour rejeter dans l'espace le produit de ses réactions nucléaires.

LE CHIFFRE DU MOIS: 15 millions de degrés. C'est la température au centre du Soleil. Il faut qu'elle atteigne au moins cette valeur pour que puissent se déclencher les réactions nucléaires capables de transformer quatre noyaux d'hydrogène (protons) en un noyau d'hélium. Cette réaction libère de la masse et donc (merci E=mc2 ) de l'énergie. Dans Bételgeuse la température est encore plus grande et permet à des noyaux d'hélium de fusionner en carbone et oxygène. Ah, il s'en passe des choses dans le ciel sous une apparence illusoire de sérénité et d'harmonie!

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

NOVEMBRE 2010 AU JOUR LE JOUR
Toute la nuit: la gloire de Jupiter
Tous les soirs à l'est: l'arrivée des constellations d'hiver, avec la magnifiqueBételgeuse
Le matin: le retour de Vénus et de Saturne
Mardi 2 et mercredi 3: des étoiles filantes?? surveiller plutôt l'ouest
Du mardi 2 au vendredi 5: le croissant de Lune du matin
Vendredi 5: Vénus tout à côté du croissant de Lune
Samedi 6: Nouvelle Lune (ciel sans Lune avant et après cette date)
Du mercredi 10 au samedi 13: le croissant lunaire du soir
Mercredi 17: maximum de l'essaim des Léonides
Jeudi 18: le matin, rapprochement entre Vénus et Spica
Dimanche 21 novembre: Pleine Lune
Mardi 30 au matin: la Lune rejoint Vénus et Saturne


 

 

   

Mes sources d'information