Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)
 

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes


Le ciel de novembre 2011

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre

Claudio Monteverdi
Claudio Monteverdi
(1567-1643)

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 

JUPITER demeure ce mois-ci le roi du ciel et les conditions pour l’observer sont toujours idéales : à nous d’en profiter. Rappelons-nous que l’observation de cette planète par Galilée en 1610 (l’année de la création des Vêpres de la Vierge de Monteverdi, remède-miracle à la déprime) pour la première fois de l’histoire de l’humanité a joué un rôle considérable dans la naissance de la science moderne. La découverte de quatre satellites autour de la planète montrait qu’il existait dans le ciel des astres insoupçonnés, non mentionnés dans les Écritures Saintes, ces dernières constituant pourtant aux yeux de l’Église la référence absolue en matière de connaissance, et jetait le doute sur les affirmations de la Bible (par exemple celles relatives à la fixité de la Terre dans l’Univers). Comment l’être humain aurait-il pu imaginer que cet astre brillantissime connu depuis toujours abritait à ses côtés quatre petites "lunes"? De plus le fait que les satellites suivaient sagement la planète-mère dans son mouvement cosmique apportait la preuve que la Lune pouvait de la même façon accompagner la Terre dans sa révolution autour du Soleil et invalidait l’argument de ceux qui, au prétexte que la Lune ne pouvait que rester sur place, excluaient la possibilité que la Terre fût en mouvement. Jupiter le rappelle: la science a triomphé, montrant qu’il vaut mieux raisonner sans croire que croire sans raisonner.
Pardonnez-moi de me répéter encore: si vous ne possédez pas d’instrument, essayez de trouver un astronome amateur dans votre entourage qui se fera un plaisir de vous faire découvrir le spectacle fascinant de la planète géante aux quatre satellites ou tentez de participer à une soirée publique d’observation. L’astre est visible toute la nuit puisqu’il se lève en début de mois au moment où le Soleil se couche, et deux heures avant en fin de mois. Il culmine haut dans le ciel à son passage au méridien, à 60° au-dessus de l’horizon (à Montpellier), dans une partie du ciel bien moins soumise à la turbulence de l’atmosphère que près de l’horizon. Enfin une circonstance particulière concerne actuellement le système jovien. Si les satellites (Io, Europe, Ganymède et Callisto, par ordre d’éloignement) sont dans un même plan (celui du disque résultant de la rotation du nuage de poussières leur ayant donné naissance), ce plan est en ce moment suffisamment incliné vu de la Terre pour que Callisto, le satellite le plus éloigné, ne puisse plus être caché par le disque de la planète. Ainsi pouvons-nous assister au passage du satellite au ras de la planète, soit au pôle nord, soit au pôle sud. Une telle CONJONCTION de CALLISTO et de JUPITER se produira le JEUDI 24 NOVEMBRE vers 21h. À vos lunettes, le phénomène n’est pas si courant!


L’éclat de Jupiter est impressionnant: il se mesure par une magnitude de -3. Nous vérifierons cette puissance lumineuse dans la nuit du MERCREDI 9 au JEUDI 10 NOVEMBRE 2011 lors du spectacle le plus magnifique (et le plus abordable) du mois, quand la PLEINE LUNE (pleine à un jour près) passera à côté de JUPITER et culminera au méridien vers minuit. Déjà le mois dernier la conjonction de Jupiter avec une Lune bien ronde nous avait stupéfié-e-s par sa beauté. Qui se plaindrait que nous puissions une fois de plus profiter de cette magnificence céleste?


Encore une excellente nouvelle ce mois-ci: la planète VÉNUS daigne (!) enfin se montrer à nos yeux dans des conditions qui vont aller en s’améliorant dans les mois à venir. Si elle reste encore un peu basse sur l’horizon nous allons profiter du redressement progressif de l’écliptique: je m’explique! Comme nous le savez les planètes, de même que la Lune et le Soleil, naviguent dans le ciel dans une zone appelée "écliptique", cette bande qui contient les constellations du zodiaque. Cette circonstance vient du fait que dans l’espace tous ces astres sont situés grosso modo dans le même plan, et que, vus de la Terre, ils se projettent donc sur un grand cercle de la sphère céleste. Or la géométrie céleste fait que selon la saison et la région du ciel considérée (l’est ou l’ouest) l’écliptique fait avec l’horizon un angle plus ou moins ouvert. Tantôt l’écliptique sera aplati sur l’horizon, tantôt il s’élèvera fièrement presque à la verticale. En cette saison l’écliptique se redresse à l’ouest, ce qui permet à Vénus qui s’y trouve le soir au coucher du Soleil de grimper au-dessus de l’horizon au fil des jours. C’est cette situation qui explique pourquoi les rapprochements entre VÉNUS et le CROISSANT DE LUNE sont en hiver d’une beauté extraordinaire. Nous en aurons un avant-goût le soir des SAMEDI 26 et DIMANCHE 27 NOVEMBRE, environ une heure après le départ du Soleil, sur l’horizon sud-ouest. Le croissant de Lune sera orné de la féérique lumière cendrée. Bref, un spectacle à ne pas manquer. Et maintenant que vous savez tout sur le redressement de l’écliptique (!), je vous promets pour les mois à venir une prestation ébouriffante de la planète Vénus qui va se la jouer royale à grimper vers le haut du ciel.
Qui du roi Jupiter et de la reine Vénus brille le plus? A vous de voir le soir puisque le roi se lève à l’est quand la reine se couche à l’ouest. Scientifiquement parlant, Vénus de magnitude -4 est deux fois et demi plus brillante que Jupiter de magnitude -3 (nous vérifions que plus la magnitude est négative, plus l’astre est brillant). Autrement dit il faut que Vénus quitte le ciel pour que Jupiter devienne l’astre le plus éclatant. Enfin la présence simultanée de Jupiter et de Vénus dans le ciel illustre à merveille une caractéristique pouvant permettre de différencier l’une de l’autre, alors qu’elles sont d’un éclat comparable. Vénus est proche du Soleil puisque c’est la deuxième planète à partir du Soleil après Mercure et avant la Terre. Cette proximité fait que Vénus est toujours du côté du Soleil, donc à l’ouest le soir et à l’est le matin. Ainsi la planète qui se lève le soir à l’est ne peut pas être Vénus. Donc c’est Jupiter. (Mais Jupiter peut aussi se trouver le soir à l’ouest!)

Il y a un bonus pour les plus motivé-e-s: la présence de la planète MERCURE, que j’affectionne toujours pour son éclat et sa modestie. La planète brûlée bénéficie pour nous de la présence de Vénus à ses côtés et grâce à cette dernière voit son repérage (aux jumelles) facilité. Nous profitons aussi pour Mercure du redressement de l’écliptique au coucher du Soleil de sorte que l’astre est visible le soir jusque vers le dimanche 20 novembre.
Bien qu’il n’ait pas la moindre considération à notre égard le ciel pourtant nous gâte encore avec les prestations des deux autres planètes restantes: Mars et Saturne. Eh oui, toutes les planètes sont visibles dans le ciel de novembre! Nous avons parlé de MARS le mois dernier pour dire qu’elle s’approchait de RÉGULUS, l’étoile principale de la constellation du Lion. C’est le VENDREDI 11 que les deux astres seront au plus près l’un de l’autre, à seulement 1,3 degrés de distance, mais il est intéressant d’observer de nuit en nuit le déplacement de Mars par rapport à Régulus. Comment les trouver? Le mieux est de les observer en deuxième partie de nuit, avant l’aube, quand ils sont déjà haut dans le ciel au sud-est, disons vers 5-6h. Rappelons que la constellation du Lion dessine assez bien le fauve couché, sa crinière ayant la forme d’un point d’interrogation inversé gauche-droite (c’est ainsi que je reconnais ces étoiles).Très haut sur la droite vous pourrez remarquer le couple de CASTOR et POLLUX et en dessous des Gémeaux une étoile bien brillante pas si facile à identifier parce qu’elle est isolée : PROCYON. Vers le sud-ouest trône, magnifique, la constellation d’ORION en dessous de laquelle resplendit l’étoile la plus brillante du ciel: SIRIUS. Sirius du Grand Chien et Procyon du Petit Chien accompagnent le chasseur céleste (Orion): vous y êtes. Aidez-vous au besoin d’une carte du ciel. Notre duo Mars-Régulus repéré, notez la teinte orangée caractéristique de la planète, un peu plus brillante que l’étoile. Normalement (!) vous devriez noter le scintillement de Régulus alors que l’éclat de Mars devrait être plus stable. Le SAMEDI 19 NOVEMBRE la Lune, en forme de demi-quartier, est installée sous le couple Mars-Régulus: un tableau splendide à admirer à l’aube, disons vers 6h, très haut au-dessus de l’horizon sud. Ajoutons que Mars nous prépare elle aussi un spectacle grandiose dans les mois à venir: se rapprochant de la Terre jusqu’à son opposition de début Mars (!), son éclat va augmenter peu à peu, jusqu’à surpasser celui de toutes les étoiles du ciel (hormis Sirius). Une actrice prometteuse à suivre.

SATURNE revient dans le ciel du matin mais il faut avouer qu’elle reste basse. On peut la trouver à l’est-sud-est à l’aube formant un joli duo avec SPICA, l’étoile principale de la constellation de la Vierge. Vous savez trouver Spica puisque vous savez trouver Arcturus dans le prolongement de la courbe de la queue de la casserole de la Grande Ourse et qu’il suffit de prolonger encore cette courbe pour tomber sur Spica. Le rapprochement maximum entre Saturne et Spica se produit le MARDI 15 mais on notera précieusement la merveilleuse scène matinale des MARDI 22 et MERCREDI 23 NOVEMBRE lorsqu’un fin croissant de Lune nimbé de sa lumière cendrée rejoindra le couple. Ensuite vous pourrez juger qu’il est digne de compléter la fête céleste par un croissant terrestre bien mérité.


Je n’ose plus guère faire d’annonce d’étoiles filantes dès lors que celle du mois dernier concernant  les Draconides s’est révélée aussi fiable qu’une prévision météo ;) Cependant chaque année en novembre filent les LÉONIDES, dont le radiant se situe dans la constellation du Lion, que nous avons repérée ci-dessus. Comment les choses se présentent-elles cette année? Ce n’est pas fameux. Le maximum habituel de l’essaim se situe dans la nuit du JEUDI 17 au VENDREDI 18, vers 5h du matin: un horaire peu favorable car la Lune, grosse comme un demi-quartier, est installée près de la tête du Lion, au-dessus de Mars et Régulus qu’elle ira côtoyer le lendemain. Une autre chance nous est offerte dans la nuit du MERCREDI 16 au JEUDI 17 où certains spécialistes prévoient un sursaut d’activité. A tenter. Et de toute façon il y a Mars, Régulus et Saturne à observer. Mais la Lune sera également présente. Contrairement aux lentes Draconides du mois dernier à 20km/s les Léonides sont très rapides, à 71km/s, pour la raison que les poussières de la comète dont elles sont issues se déplacent comme elle dans le sens rétrograde autour du Soleil et heurtent de front la Terre, laquelle tourne dans le sens inverse, dit sens "direct", à 30km/s. (Le sens rétrograde est le sens des aiguilles d’une montre.)


LE CHIFFRE DU MOIS : 3E7. C’est le nombre de secondes dans une année. Vous allez me dire que je radote puisque c’était le chiffre du mois dernier. Mais c’est pour faire avec ce même nombre une autre application numérique. La portion visible de notre Univers (il existe une partie encore invisible) s’étend jusqu’à une distance d’environ 15 milliards d’années de lumière (égale à l’âge de l’Univers), ou 1,5E10 années de lumière. En multipliant par 3E7 secondes, cette distance devient (1,5x3)E(7+10) ou 4,5E17 secondes (pour multiplier on a ajouté les exposants). Disons qu’en gros notre Univers s’étend sur E17 secondes de lumière. Et voilà notre Univers mesuré: quand je vous disais que 3E7 était magique!


Bonnes nuits sous les étoiles
Christian


NOVEMBRE 2011 AU JOUR LE JOUR
Tous les soirs: Jupiter se lève magnifique à l’est tandis que Vénus se couche à l’ouest ; Mercure est repérable à côté jusqu’au 20
Tout le mois : Mars croise Régulus
Mercredi 9 : somptueux spectacle de Jupiter accompagné de la Lune quasiment pleine
Jeudi 10 : Pleine Lune
Vendredi 11 : Mars au plus près de Régulus
Mardi 15 : conjonction entre Saturne et Spica
Nuit du mercredi 16 au jeudi 17 : sursaut secondaire des Léonides ?
Nuit du jeudi 17 au vendredi 18 : maximum d’activité habituel des Léonides
Samedi 19 au matin : Mars, Régulus et la Lune dominent l’horizon sud
Du dimanche 20 au jeudi 24 : le croissant lunaire du matin
Mardi 22 et mercredi 23 le matin : le croissant de Lune à côté du couple Saturne-Spica
Jeudi 24 : à 21 heures, Callisto passe au ras de Jupiter (à voir à la lunette)
Vendredi 25 : Nouvelle Lune
Du samedi 26 au mercredi 30 : le croissant lunaire du soir
Samedi 26 et dimanche 27 au soir : Vénus et le croissant de Lune rempli de sa lumière cendrée




 

 

   

Mes sources d'information