Page d'accueil du site
de Christian Magnan

 
Le ciel du mois (par Christian Magnan)

Nota : si vous désirez mettre ce "ciel du mois" en favori utiliser l'adresse
http://www.lacosmo.com/lecieldumois/lecieldumois.html
La page ainsi adressée vous redirigera automatiquement vers le mois en cours  

LIENS


Page d'accueil du GRAAL


L'image astronomique du jour


Astronomy Picture of the Day


Le Soleil en direct de SOHO


Le Guide du Ciel


Ciel des Hommes


Images célestes


Le ciel au-dessus de nos têtes (en anglais)

aide à la connexion


Actualité de l'environnement Soleil-Terre (en anglais)


Sky and Telescope (en anglais)


ANPCNE : Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturnes



Allez observer le ciel


à l'observatoire d'Aniane



Le ciel de novembre 2012

au jour le jour

le chiffre du mois

version imprimable du mois en cours   imprimante
Archives :

Le ciel de 2006 : | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre |
Le ciel de 2007 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre| décembre
Le ciel de 2008 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | début décembre | décembre
Le ciel de 2009 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet| août| septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2010 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin| juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2011 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre | novembre | décembre
Le ciel de 2012 : | janvier | février | mars | avril | mai | juin | juillet | août | septembre | octobre

éclipse totale de Soleil
Éclipse totale de Soleil

 

 

Bonjour à toutes, bonjour à tous !

 


Ce mois de NOVEMBRE 2012 s’ouvre sur un rapprochement spectaculaire entre la planète JUPITER et la LUNE et se termine par un rendez-vous semblable quatre semaines plus tard, le temps que la Lune ait accompli son tour du ciel mensuel.

Le soir du JEUDI 1er NOVEMBRE 2012 l’étincelante JUPITER se lève en compagnie d’une Lune bien dodue qui va se rapprocher d’elle dans la nuit. Au plus près l’écart entre les deux astres atteindra un degré à peine de sorte qu’on pourra les voir dans un même champ de jumelles. Le spectacle est magnifié par la présence sur la droite de la rouge ALDÉBARAN du Taureau tandis que les Pléiades dominent la scène. Au moment de sa culmination ce couple éclatant  voguera à plus de soixante degrés au-dessus de l’horizon. Attention au torticolis mais quel magnifique lampadaire naturel!

Rebelote: le MERCREDI 28 NOVEMBRE la PLEINE LUNE se lève au moment où le Soleil se couche, comme toute Pleine Lune honnête sait le faire. Peu après arrive à ses côtés JUPITER, preuve que notre planète géante est en position de Pleine Lune. On dit qu’elle passe à l’opposition, ce qui signifie que vue de la Terre elle est dans la direction opposée à celle du Soleil (exactement, Jupiter passe à l’opposition quelques jours plus tard, le 3 décembre). Comme en début de mois, Jupiter et la Lune voguent de conserve dans la nuit et se rapprochent à moins d’un degré l’une de l’autre. Cette Pleine Lune est la plus haute de l’année et c’est en même temps la plus petite (les deux faits ne sont en rien liés) car notre satellite passe cette nuit à l’apogée, le point le plus loin de son orbite, à 406 366 kilomètres de la Terre. Mais que ces chiffres ne nous fassent pas oublier d’admirer notre éblouissant duo.

Je ne quitte pourtant pas les chiffres. Faisant un tour sur son orbite en environ 27 jours, la Lune passe au point cette fois le plus proche de son orbite (le périgée) deux semaines plus tôt, le 14 novembre. Or cette date coïncide avec la Nouvelle Lune et l’ÉCLIPSE DE SOLEIL DU 13-14 NOVEMBRE qui se trouve l’accompagner. Proche de la Terre, la surface de la Lune pourra occulter entièrement le disque solaire en produisant une éclipse totale. Certes cette éclipse ne nous concerne pas directement en Europe puisqu’elle ne sera visible que dans l’extrémité nord-est de l’Australie le matin du 14 (en date et heure locales) puis dans le sud de l’Océan Pacifique, mais au siècle de la mondialisation des événements nous aurons droit, pour notre bonheur, à un partage de l’éclipse totale, celle-ci prenant du même coup une dimension planétaire.


Juste avant cette Nouvelle Lune du 13 novembre, le croissant lunaire du matin nous réserve une belle prestation le matin des DIMANCHE 11 ET LUNDI 12 NOVEMBRE. Une heure avant le jour, sur l’horizon est-sud-est, le croissant délicatement rempli de la toujours magique lumière cendrée nous accompagne dans la contemplation des astres du matin. VÉNUS brille toujours de mille feux et surplombe la belle SPICA de la constellation de la Vierge. Le sourire de la Lune est à côté de Vénus dimanche puis passe en dessous de Spica lundi. On pourra apercevoir sur la gauche encore plus bas sur l’horizon le point brillant de SATURNE, qui annonce un retour prometteur pour les mois à venir.

Le jeu de la seconde moitié du mois est de suivre le rapprochement de Vénus et de Saturne au fil des matins, une bonne heure avant le lever du Soleil. Après être passée près de SPICA le SAMEDI 17 au matin, notre reine vénusienne va nous offrir une des plus belles conjonctions de l’année en se serrant près de SATURNE le MARDI 27 NOVEMBRE.  Au-dessus du couple planétaire brille Spica, et si vous bénéficiez d’un horizon adéquatement dégagé vous pourrez même apercevoir au ras de l’horizon la planète MERCURE qui ouvre sa meilleure fenêtre d’observation matinale de 2012. À suivre en décembre.

Novembre est le mois des étoiles filantes de l’essaim des LÉONIDES et 2012 ne déroge pas à la règle. Aucune activité exceptionnelle de ces météores n’est prévue pour cette année mais dans la NUIT DU SAMEDI 17 AU DIMANCHE 18 durant laquelle le maximum est annoncé on pourra profiter de l’absence de Lune dans le ciel au moment du lever du Lion, où se trouve le radiant de l’essaim, c’est-à-dire le point d’où semble provenir, par effet de perspective, les traînées lumineuses. Vous connaissez bien cette constellation qui se trouve à l’est de celles du Taureau (qui abrite en ce moment Jupiter) et des Gémeaux. Le Lion se lève sur l’est-nord-est en seconde partie de nuit, après la constellation emblématique d’hiver d’ORION. Entre Orion et le Lion se trouve l’étoile isolée PROCYON de la constellation du Petit Chien. Tentons donc notre chance pour les filantes. L’expérience montre qu’il faut se couvrir chaudement en cette période de l’année. Et il reste indiqué de fuir le voisinage des éclairages publics pour aller chercher un site préservé de la pollution lumineuse.

Une autre occasion d’observer des étoiles filantes se présente quelques jours plus tôt, avec le maximum de l’essaim des TAURIDES NORD, dont le radiant se situe près des Pléiades. Comme on sera en période de Nouvelle Lune, on pourra ici aussi tenter sa chance dans la NUIT DU DIMANCHE 11 AU LUNDI 12.
Novembre marque le retour en force des étoiles d’hiver, hissées au-dessus de l'horizon est par les PLÉIADES surplombant les HYADES, qui dessinent le V de la constellation du TAUREAU. Vous remarquez aussi vers le sud-est ces trois étoiles alignées à la verticale (en début de nuit), d'éclat comparables, et nombre d'entre vous savent bien qu'il s'agit du ceinturon (ou baudrier) du chasseur mythique ORION. Le cadre de cette constellation d'Orion est formé d'un immense quadrilatère (encore penché sur l'horizon en cette saison en début de nuit) marqué par quatre étoiles brillantes. Les deux plus brillantes se situent en haut à gauche du grand rectangle et en bas à droite. La première est BÉTELGEUSE, un astre de dimension si colossale que si on la plaçait au centre du système solaire ses couches extérieures viendraient lécher la planète Jupiter (c'est l'une des plus grosses étoiles connues).  Bételgeuse est une "supergéante rouge", sa couleur reflétant une température de surface relativement faible (pour une étoile). La seconde en bas à droite est RIGEL. C’est aussi une supergéante mais sa couleur bleue, qui signale une température plus élevée de l’ordre de dix mille degrés, contraste fortement avec celle de Bételgeuse. Eh oui, les étoiles ont des couleurs différentes. En bas à gauche d’Orion se place la merveilleuse SIRIUS du GRAND CHIEN, l’étoile la plus brillante du ciel, qui est blanche. Contrairement à Bételgeuse et Rigel, l’éclat important de Sirius ne vient pas d’une forte luminosité intrinsèque mais de sa relative proximité, à une dizaine d’années de lumière de la Terre, alors que la distance de Bételgeuse et de Rigel se compte en centaines d’années de lumière. Leçon: l’éclat apparent d’une étoile est fonction non seulement de sa luminosité propre mais aussi de sa distance. Ou vice-versa.

Enfin n’oublions pas JUPITER, dont les conditions d’observation sont idéales. Le spectacle du disque planétaire légèrement aplati, paré de bandes nuageuses colorées et entouré des quatre petites perles de ses satellites est irrésistible. La planète qui grâce à Galilée nous a ouvert les portes de la connaissance du cosmos mérite que vous sortiez jumelles ou instrument astronomique, ou que vous vous adressiez à des astronomes amateurs. J’ajoute que l’observation de notre planète géante est possible même d’un site urbain.

LE CHIFFRE DU MOIS : 400 000 kilomètres. C’est la distance moyenne de la Terre à la Lune. À raison de 300 000 kilomètres par seconde la lumière parcourt cette distance en 1 seconde 1/3. C’est l’unité de longueur la plus convenable pour apprécier l’invraisemblable et inconcevable insignifiance de l’habitat terrestre à l’échelle du cosmos. En unité Terre-Lune, le rayon de la partie visible de l’Univers vaut grossièrement E17 (soit une centaine de millions de milliards), un nombre qui défie toute représentation de notre esprit. Comme quoi le mesurable peut s’avérer démesuré (!)

Bonnes nuits sous les étoiles
Christian

NOVEMBRE 2012 AU JOUR LE JOUR
Toute la nuit : Jupiter en majesté
Le matin : Vénus toujours royale
Le soir : Orion se lève de plus en plus tôt chaque jour
Nuit du jeudi 1 au vendredi 2 : la Lune gibbeuse à côté de Jupiter
Du jeudi 8 au lundi 12 : le croissant de Lune du matin et la lumière cendrée
Dimanche 11 : le croissant lunaire du matin à côté de Vénus
Nuit du dimanche 11 au lundi 12 : maximum de l’essaim des Taurides Nord
Lundi 12 : le croissant du matin en dessous de Spica
Mardi 13 : Nouvelle Lune ; éclipse totale de Soleil visible au Queensland (Australie)
Du jeudi 15 au lundi 19 : le croissant lunaire du soir
Samedi 17 au matin : Vénus près de Spica
Nuit du samedi 17 au dimanche 18 : les Léonides sont de retour
Après le dimanche 25 au matin : le retour discret de Mercure
Mardi 27 au matin : rapprochement serré entre Vénus et Saturne (à ne pas manquer)
Mercredi 28 : Pleine Lune et conjonction avec Jupiter


   

Mes sources d'information