L'UNIVERS RÉEL ET SES MODÈLES



Il est essentiel d'établir une nette distinction entre l'Univers existant et les images que la théorie en donne.


Christian Magnan
Collège de France, Paris
Université de Montpellier II


Images imaginées

Il faut établir la distinction entre ce que l'on nomme l'Univers, avec une majuscule, et l'univers, avec une minuscule : par nature, ces deux entités n'ont rien à voir l'une avec l'autre.

L'Univers, avec un grand U, c'est notre Univers réel, celui que nous habitons, qui nous contient, dont nous faisons partie. C'est ce qui existe, au sens fort. C'est celui que nous mesurons grâce à nos instruments d'observations.

L'univers, avec une minuscule, ou, plus exactement les univers, au pluriel, sont, au travers de nos théories physiques, de purs produits de notre pensée. Ils sont imaginés, et imaginaires. Modèles, « univers de démonstration », par définition leurs structures sont constituées d'équations mathématiques et soumises à des lois physiques. Ces univers sont bien évidemment purement formels, puisque construits à l'aide de formules imbriquées. En toute rigueur, ils sont les seuls à souffrir d'être discutés scientifiquement car il n'y a qu'à leur niveau que l'on sache exactement de quoi on parle grâce au langage mathématique qui leur sert de squelette. Chaque fois que nous avons à expliquer tel ou tel concept, c'est à eux que nous faisons forcément référence.

J'avouerai volontiers que j'ai parfois hésité, en rédigeant ce chapitre et le précédent, entre la majuscule et la minuscule, mon hésitation traduisant le fait qu'il y a un rapport entre l'Univers et le ou les univers. Mais ce rapport n'est pas facile à élucider. En effet, qui dit rapport dit confusion possible. Pour éviter cet écueil, il est essentiel de reconnaître que nous avons affaire au monde réel d'une part et aux images scientifiques d'autre part.

Pour avoir été maintes fois soutenue par les philosophes, cette partition, cette division peut paraître banale. Elle ne l'est pas, cependant. La majorité des scientifiques concèdent la part du modèle en admettant les différences existant entre leurs calculs et la réalité. Ils pensent néanmoins que ces différences découlent de raisons pratiques, et donc qu'elles sont accessoires. Bien peu sont prêts à reconnaître qu'au-delà des différences se manifeste la différence, fondamentale.

C'est pourquoi la discussion est, à mes yeux, toujours d'actualité.

À suivre.




Extrait du livre de Christian Magnan,
La nature sans foi ni loi,
Éditions Belfond/Sciences (1988)
Dernière modification : 5 septembre 2000


 Science et vie
 Page d'accueil de Christian Magnan

URL :  http://www.lacosmo.com/modeles.html